Wafa Charaf, coupable de solidarité ouvrière !

Wafa Charaf est militante du Mouvement du 20 février, membre de la jeunesse au parti La Voie Démocratique et de l’Association Marocaine des Droits de l’Homme.

Il y a deux mois la société GRIFF, installée comme tant de multinationales dans la zone franche de Tanger pour ses alléchants avantages fiscaux a licencié une dizaine d’employés membres du bureau syndical qu’ils venaient de constituer. Wafa a été très active dans le comité de soutien qui s’est constitué en solidarité avec la lutte des employés pour leur réintégration. Un rassemblement permanent s’est installé devant l’entreprise du patron-voyou.


Le 27 avril Wafa avait déclaré avoir été enlevée à la fin d’une manifestation ouvrière par des policiers en civil et jetée dans une voiture banalisée. Elle a déposé plainte pour avoir été séquestrée plusieurs heures, torturée et insultée avant d’être abandonnée au bord d’une route à 12 km du centre ville.

C’en était trop pour les autorités marocaines, récemment épinglées dans le rapport du Haut Commissaire aux droits de l’homme de l’ONU pour usage abusif de la force et usage de la torture dans les institutions au Maroc et au Sahara occidental.(1)

La police poursuit alors son harcèlement par des convocations à répétition au commissariat. Le 9 juillet, alors que les employés venaient d’obtenir leurs indemnités de licenciement (mais pas leur réintégration), Wafa a décidé de ne pas se rendre à une énième convocation. La police est alors venue la chercher au domicile de ses parents. Présentée au juge elle a été mise en prison et passera en jugement le 4 août 2014. Elle ne sera pas seule à comparaître. Boubker Khamlichi également actif dans le comité de soutien est poursuivi par la justice marocaine. Il est actuellement en liberté conditionnelle et sera présenté devant le tribunal aussi le 4 août.
La solidarité doit s’amplifier pour obtenir la libération immédiate de Wafa et l’arrêt des poursuites à l’égard des deux militants.

(1) Voir la conférence de presse dans l’article précédent

* * * * * *

Un communiqué de protestation a déjà recueilli les signatures des personnalités et organisations suivantes :
Marie-Christine VERGIAT Députée Européenne

Femmes solidaires

Association AMEL ( Association pour la mixité, l’égalité et la laïcité en Algérie) ;

Secrétariat national du secteur femmes de la voie démocratique

Femmes en Luth ;

Réseau Féministe « Ruptures » (France) ;

Ailes-fm( AILES femmes du Maroc) ;

Enseignants Américains de NEA Peace & Justice Caucus, USA

ASDHOM(Association de défense des Droits de l’Homme au Maroc),

F.T.C.R (Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux Rives) ;

ATMF (Association des travailleurs maghrébins de France)

AMF(Association des Marocains de France)

AFASPA(Assocaition Française d’Amitié et de Solidarité avec les Peuples d’Afrique)

LA VOIX DES FEMMES MIGRANTES AU MAROC

Femmes migrantes debout

Femmes Plurielles

Mejdaline MHIRI, responsable nationale des questions internationales du Mouvement jeunes communistes Français (MJCF)

FMVJ- France (Forum Marocain Vérité et justice, section France)

APADM( Association des Parents et Amis des Disparus au Maroc)

Parti des travailleurs de Tunisie / Section France

Front Populaire Coordination Île de France

Inter-collectif de solidarité avec les luttes des peuples du monde arabe (l’inter-Co)

Kuljit Kaur( ALL India’s Women Conference) Inde

Serenade Chafik ( militante Franco-Egyptienne)

Naila Wardi (militante féministe et politique tunisienne)

Véronique Elie (militante associative)

Rania Majdoub(militante féministe tunisienne)

Lana Sadeq ( militante associative palestinienne)

Amina Khalid( militante marocaine des droits des femmes)

Rafif Rifai( palsticienne et enseignante Syro-française)

Said Sougty, secrétaire régional -Europe. / la Voie Démocratique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *