La République française récompense un tortionnaire pour ses « loyaux services »

A qui la suite? Après Abellatif Hammouchi, directeur de la DST, nommé Chevalier de la Légion d’Honneur sous le gouvernement Sarkozy, puis Officier de la Légion d’Honneur sous celui de François Hollande, le Sénat français décore de sa médaille d’or un autre tortionnaire marocain, Mahmoud Archane, ancien commissaire qui a sévi au Derb Moulay Chérif où les opposants marocains et indépendantistes sahraouis étaient torturés durant le règne du dictateur HassanII. L’ASDHOM a adressé une lettre au Président du Sénat pour protester contre cette décoration épinglée par le sénateur LR Christian Cambon, Président de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées.


Monsieur le président du Sénat,

Le sénateur LR Christian Cambon, Président de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat a remis le 14 avril dernier, à Rabat, une médaille d’or du Sénat à l’un des grands chefs tortionnaires du régime marocain. Celui-ci a sévi sous le règne de Hassan II durant presque trois décennies. Il s’agit de l’ex-commissaire Mahmoud Archane.

Cet individu s’était funestement illustré dès le début des années soixante pendant les interrogatoires menés au centre clandestin de torture de sinistre mémoire « Derb Moulay Cherif » à Casablanca du groupe d’opposants politiques, connu sous le nom du « Groupe Cheikh al-Arab », ancien résistant au protectorat français au Maroc, et de centaines de militants de l’Union nationale des forces populaires (UNFP). Plusieurs d’entre eux ont été torturés à mort sous sa direction.

Au début des années soixante-dix, il exerça ses « talents » dans l’un des centres de torture de Rabat. Parmi ses victimes, Evelyne Serfaty, sœur du défunt militant Abraham Serfaty, pour ne citer qu’elle, a été sauvagement torturée par cet individu lors de son arrestation.

La liste des victimes et des crimes de Mahmoud Archane est longue. Des organisations marocaines de défense des droits humains l’avaient cité parmi une liste de noms de tortionnaires et responsables de crimes devant être jugés.

Ses victimes et leurs familles ne comprendront jamais comment un élu de la République, patrie des droits de l’Homme, distingue un tortionnaire de cette espèce.

Le geste de Monsieur le sénateur est un acte honteux et une insulte à la mémoire de tous les démocrates et résistants y compris les Français qui ont résisté à la barbarie nazie. Il n’engage pas seulement sa personne et son groupe politique mais le Sénat tout entier qui doit prendre ses responsabilités.

Monsieur le président du Sénat,

Nous, organisations des droits humains et démocrates signataires, considérons que la remise de cette médaille à un tortionnaire déshonore le Sénat et qu’il vous revient, Monsieur le président, de réparer et d’effacer cette offense faite à cette institution et à toutes les victimes de Mahmoud Archane, responsable de traitements cruels, dégradants et inhumains.

Paris, le 4 juin 2018

Premiers signataires

Organisations :
– Association de Défense des Droits de l’Homme au Maroc (ASDHOM-France)
– Association Marocaine des Droits Humains (AMDH-Maroc)
– Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP)
– Association Mauritanienne des Droits Humains (AMDH-Mauritanie)
– Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT)
– Sos Esclaves (Mauritanie)
– Association des Tunisiens en France (ATF)
– Observatoire Marocain des Libertés Publiques (OMLP)
– Association française d’amitié et de solidarité avec les peuples d’Afrique AFASPA
– Forum Marocain pour la Vérité et la Justice-France (FMVJ-F)
– Association de Parents et Amis de Disparus au Maroc (APADM)
– Fédération Euro-méditerranéenne contre la Disparition Forcée (FEMED)
– Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR)
– Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF)
– Coordination Maghrébine des Organisations des Droits Humains (CMODH)
– Association des Marocains en France (AMF)
– Conférence européenne de coordination du soutien au peuple sahraoui (EUCOCO)
– Centre d’études et d’initiatives de solidarité internationale (CEDETIM)
– Réseau Initiative pour un autre monde (IPAM)
– Union syndicale Solidaires
– Institut Mehdi Ben Barka-Mémoire vivante
– Réseau Féministe « Ruptures »
– Ligue des Droits de l’Homme (LDH)
– EuroMed Droits
– Le Comité de Vigilance pour la Démocratie en Tunisie (CVDT-Belgique)

Personnalités :

Abderrahim Afarki, ancien prisonnier d’opinion
Abdallah Zniber, ancien exilé marocain
Abdellatif Laâbi, écrivain
Gilles Perrault, écrivain, auteur de « Notre ami le roi »
Jacques Gaillot, Évêque de Partenia
René Gallissot, historien, professeur émérite d’université
Khadija Ryadi, lauréate du prix de l’ONU des droits de l’Homme
Mohamed Berrada, écrivain
Hassan Hadj Nassar, ancien exilé politique
Mireille Fanon Mendes France, Fondation Frantz Fanon
Abdelhak Serhane, écrivain et professeur émérite des universités américaines
Renée Le mignot, co-présidente du MRAP
Bachir Ben Barka, retraité
Me Maurice Buttin, avocat honoraire, ancien avocat à la Cour d’Appel de Rabat
Touriya Fili-Tullon, universitaire
Driss Bouissef-Rekab, ancien prisonnier politique, écrivain
Raymond Benhaim, ancien exilé politique, économiste
Alima Boumediene Thiery, avocate, ancienne sénatrice, Association femmes plurielles
Souhayr Belhassen, présidente d’honneur de la FIDH
Gilles Manceron, historien
Ignace Dalle, ancien correspondant de l’AFP au Maroc
Younès Benkirane, auteur et défenseur des droits humains
Nelcya Delanoë, professeure des Universités
Said Tbel, militant des droits humains
Tewfik Allal, militant associatif-Paris
Hayat Bousta, militante des droits humains
Hélène Jaffé, médecin, ancienne présidente de l’Association pour les Victimes de la Répression en Exil (AVRE)
Jean-Yves Delanoë, Coach et consultant en santé
Sonia Fayman, sociologue
Jacques Fath
Mouhieddine Cherbib, militant maghrébin des droits de l’Homme
Fatiha Fadil, citoyenne franco-marocaine
Francine Cohen, Association des Médecins pour la Prévention de la Guerre Nucléaire
Mohamed Ahmed El-Hadj Sidi, enseignant chercheur et avocat à Nouakchott
Michel Baldassi
Mohamed Bahr, artiste musicien
Mohammed Ennouhi, président de l’Instance Marocaine des Droits Humains (IMDH-Maroc)
Youssef Mezzi, Attac Maroc
Samir Bensaid, ancien exilé marocain
Marc Olivier
Saoudi Rabah, ancien syndicaliste algérien
Jacob Cohen, écrivain franco-marocain
Nour-eddine Saoudi, militant des droits de l’Homme, ex-prisonnier politique
Abdelhamid Amine, ex-président de l’AMDH
Mohamed Nedali, écrivain marocain
Hakim Noury, acteur-réalisateur
Fedwa Aït Kaddour, fille d’exilé politique marocain
Mohamed-Lakdhar Ellala, président de l’ATF
Mounir Bensalah, militant politique marocain
Mohammed Kchikech, citoyen marocain
Driss Elkherchi, président de l’ATMF
Jocelyne Laâbi, retraitée
Lucile Daumas, retraitée
Saddik Lahrach, militant associatif et ex-détenu d’opinion
Kamal Lahbib, défenseur des droits de l’Homme
Abderrahim Lahrichi, enseignant, ancien réfugié politique marocain
Embarek Ouassat, poète marocain
Abdou Berrada, journaliste
Abdelhaq Kass, ancien exilé politique et président du Forum Marocain pour la Vérité et la Justice (FMVJ-France)
Mohamed El Moubaraki, SG du FMVJ-France, ancien exilé politique
Aziz Hmoudane, élu groupe Communiste/FDG au Conseil d’arrondissement de Paris 20ème
Sardouk Elhoussine, militant des droits humains
Josette Breton, militante des droits humains
Ahmed Dahmani, défenseur maghrébin des droits humains
Ali Dabaj, militant des droits humains
Gilles Deloustal, citoyen
Ali Hamtine, enseignant
Abdelmajid Baroudi, cadre associatif
Bernard Schmid, avocat, militant des droits humains
Tarek Ben Hiba, président de la FTCR
Robert Kissous, responsable associatif
Agnès Cluzel, ex-comités de lutte contre la répression au Maroc
Camara Laye, militant des droits humains, représentant du CISPM aux USA
Pedro Vianna, poète, écrivain et homme de théâtre
François Gèze, éditeur
Brahim Ouchelh, ancien exilé, défenseur des droits de l’Homme
Rachid Elmanouzi, ancien exilé, défenseur des droits de l’Homme
Pierre Galand, président de l’EUCOCO et du comité belge de soutien au peuple sahraoui
Sietske de Boer, journaliste et écrivain
Gérad Faÿ, géographe Paris Diderot
Michèle Faÿ, universitaire
Albert Herszkowicz, association Mémorial 98
Fouad Abdelmoumni, ancienne victime d’enlèvement
Sion Assidon, citoyen marocain
Ali Bennani, France
Nicole Baldassi, membre du PCF
Daniel Dayot, militant associatif
Karim Messaoudi, militant associatif
Edouard Kleinmann, citoyen
Marguerite Rollinde, militante associative
Joseph Bourges, citoyen français
Marie José Elhaimer, citoyenne
Jamal Nokri, militant des droits humains
Souad Frikech, militante des droits humains, présidente de l’AMF
Mohamed Chaouih, militant des droits humains, président de l’Espace solidaire
Najat Tahani, maître de conférences à l’université du Maine
Blaise Mayemba Mpembele, président de l’Association des travailleurs immigrés au Maroc
Gisèle Montaubric, militante des droits humains
Stéphane Enjalran, secrétaire national de l’Union syndicale Solidaires
Driss Oumhand, activiste des droits humains
Mohamed Elhaimer, citoyen
Luiza Toscane, militante des droits humains
Nordine Saïdi, militant décolonial Bruxelles Panthères
Noureddine Bami, citoyen français
Mireille Brun, citoyenne démocrate solidaire
Simone Rivolier, militante associative
Mustapha Majdi, acteur associatif
Saâd Ben Barka
Nicole Brulais, travailleuse sociale, retraitée
Monique Picard, citoyenne
Maâti monjib, victime des persécutions du régime marocain
Hassan el-Khabir, militant des droits humains
Hamid Manie, citoyen
Ahmed Saâdani, défenseur des droits humains-Maroc
Chedly Elloumi, membre de la LDH de Grenoble
Hassen Slama, universitaire Palerme Italie
Mohsen Dridi, militant associatif
Khadija Ainani, vice-présidente de l’AMDH (Maroc)
Hend M’Hamdi, présidente du CVDT-Belgique
Fethi El Hadjali, militant associatif
Ayad Ahram, défenseur des droits humains
….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *