Rassemblement devant le siège de la multinationale VALE

Initialement prévue vendredi 20 novembre, elle n’a pas été autorisée par la Préfecture pour raison de dépôt tardif de demande d’autorisation. Elle est donc reportée à MARDI24 NOVEMBRE.


Kanaky-Nouvelle-Calédonie
Appel à la solidarité

Depuis un mois, la situation se tend en Kanaky-Nouvelle-Calédonie autour de l’enjeu de la maîtrise des richesses du pays et, notamment, de l’usine du Sud détenue par la multinationale brésilienne Vale. Cette dernière entend, avec la complicité discrète de l’État français, céder les titres miniers à un géant suisse du négoce de matières premières dont le seul soucis est la rentabilité boursière. Une proposition de rachat, soutenue par la grande majorité des forces vives du pays, avait pourtant été faite par la Sofinor détenue à 85 % par des intérêts locaux, en l’occurrence la province Nord du pays (à direction indépendantiste) et recalée par Bercy (ministère des Finances).

Ce qu’exige les mobilisations massives dans toute la Kanaky-Nouvelle-Calédonie aujourd’hui, c’est la prise en compte de la proposition de rachat local pour défendre, contrôler et valoriser la ressource où les intérêts calédoniens sont majoritairement représentés et privilégier ainsi la transformation de la richesse localement en s’opposant à la prédation financière avec la prise en compte les défis sociaux et environnementaux.

La finance internationale comme la droite affairiste locale n’ont pas digéré le second référendum pour la pleine souveraineté du pays (4 octobre 2020) qui a vu les partisans du « oui à l’indépendance » progresser de trois points pour attendre 47 % du corps électoral spécial exprimé.

C’est pour cela que nous appelons à un rassemblement contre la prédation financière internationale et en soutien aux revendications portées dans tout le pays le vendredi 20 novembre à 18 heure devant le siège de la multinationale VALE à Paris (29 rue de Courcelles 75008. Métro Courcelles).

AISDPK (Association informations et soutien aux droits du peuple kanak) et le collectif Solidarité Kanaky :

– MJKF

– Ensemble

– NPA

– PEPS (Pour une Écologie Populaire et Sociale)

– FASTI

– Front uni des immigrations et des quartiers populaires

– PIR

– Comité d’Organisation du 10 mai

– AFASPA

– Secrétariat international de la CNT

– STC (syndicat des travailleurs Corse)

– Solidaires

– PCOF

– Collectif Ni Guerres Ni état de Guerre

– Survie

– LAB

– Collectif des associations Sahraouies en France

– Association des familles des prisonniers et disparus sahraouis

– Fondation Frantz Fanon

– MRAP

– Corsica Internaziunalista

– CSIA – Nitassinan

– EA Kanaky (Enfants et amis de la Kanaky)

Paris, le 23 novembre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *