Présentation du film « Laïcité Inch Allah! » de Nadia El Fani

Août 2010, en plein Ramadan sous Ben Ali, et malgré la chape de plomb de la censure, Nadia El Fani filme une Tunisie qui semble ouverte au principe de liberté de conscience et à son rapport à l’Islam…


Trois mois plus tard, la Révolution Tunisienne éclate, la réalisatrice est sur le terrain. Tandis que le Monde Arabe aborde une phase de changement radical, la Tunisie, ayant insufflé le vent de révolte, est à nouveau le pays laboratoire quant à sa vision de la religion.

Laïcité Inch’Allah ! prône la tolérance et la séparation de l’Etat et de la religion. Une idée qui a suscité des réactions violentes chez les islamistes tunisiens. Une idée qui mérite débat quelques mois après l’avènement d’un nouveau gouvernement en Tunisie.

« Il y avait en parallèle cette instrumentalisation toujours plus évidente de la religion. Ben Ali avait laissé un de ses gendres ouvrir une chaîne de radio, Zitouna, diffusant le Coran du matin au soir, et on a vu les gens faire la queue pour aller à une nouvelle banque islamique. J’étais partie pour faire un film sur les athées dans l’islam et, le Ramadan approchant, je me suis dit qu’il fallait expliquer au monde ce que vit un Musulman dans un pays musulman durant le Ramadan. Pour moi, le propos était surtout de dénoncer la collusion entre le pouvoir et la religion, comment le pouvoir utilisait la religion comme un paratonnerre et comment la religion surfait là-dessus pour gagner du terrain dans la société. »
Africultures, entretien avec d’Olivier Barlet (extrait)

La projection sera suivie d’un débat en présence de la réalisatrice et de l’association Unies vers Elles

MERCREDI 14 MARS à 20hCinéma La Clef 21 rue de la Clef Paris (Métro : Censier Daubenton)

Participation aux frais : 5€

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *