La provocation du Maroc, empêtré dans son déni de justice, tombe à l’eau

Faute de répondre autrement que par la matraque et la prison aux initiatives des sahraouis, les autorités marocaines en sont réduites à monter des scénarios, pâles imitations des actes de résistance pacifiques sahraouis.
Ainsi dernièrement, Moustapha Selma Sidi, transfuge du Polisario; s’est-il fait arrêter à son retour du Maroc où il avait passé plusieurs mois et adopté l’option de l’Etat colonisateur à propos de l’avenir du Sahara occidental.


L’AFASPA s’est associée à l’analyse et à la demande du CORELSO dont la déclaration est publiée ci-dessous.

Comité pour le respect des libertés
et des droits humains au Sahara occidental

DECLARATION DU CORELSO SUITE A L’ARRESTATION
DE MOUSTAPHA SELMA SIDI MOULOUD

Moustapha Selma Sidi Mouloud, membre des forces de police de la RASD, vit depuis des années avec sa famille dans les camps de réfugiés sahraouis à Tindouf. Au
cours d’un séjour dans les territoires sahraouis occupés, il n’a pas cessé de dénigrer la
lutte du peuple sahraoui pour le droit à l’autodétermination et déclaré publiquement
soutenir l’autonomie du Sahara occidental sous souveraineté marocaine.

Le 21
septembre, il a été arrêté à la frontière mauritano-sahraouie dans la région de Meheriz
en territoire libéré (et non sur le territoire algérien comme le prétend la propagande
marocaine) par les services de la RASD qui l’ont accusé de « désertion » et
d' »espionnage pour le compte de l’ennemi ». Alors que la population sahraouie des
territoires occupés, qui veut exprimer de façon pacifique son droit à
l’autodétermination conformément aux résolutions des Nations unies, subit
quotidiennement une violente répression de la part des forces d’occupation
marocaines (qui vise également les observateurs internationaux), cette arrestation est
utilisée par le Maroc pour orchestrer une opération de diversion et de propagande,
relayée en France par des associations et personnalités qui n’ont jamais levé le petit
doigt contre les violations des droits de l’homme dans les territoires occupés!

Soucieux de la défense des droits de l’homme et de la liberté d’expression, le
CORELSO, qui a obtenu des assurances que Moustapha Selma Sidi Mouloud est en
bonne santé, demande qu’il puisse consulter un avocat, recevoir la visite de sa famille
et qu’il bénéficie d’un procès équitable.
Le CORELSO renouvelle sa condamnation des violations permanentes des
droits de l’homme dans les territoires sahraouis occupés qui découlent de la non
application du droit à l’autodétermination et sa demande de libération des prisonniers
politiques sahraouis, notamment des trois défenseurs sahraouis des droits de l’homme,
Brahim Dahane, Ahmed Naciri et Ali Salem Tamek, emprisonnés depuis le 8 octobre
2009 sans aucun motif.

Il demande également aux instances internationales de mettre
en place un mécanisme efficace, par exemple en élargissant le mandat de la mission
des Nations unies au Sahara occidental (Minurso), pour garantir dans les territoires
occupés la surveillance du respect des droits de l’homme et la protection de la
population sahraouie contre la répression. Il réaffirme également son soutien à la juste
lutte du peuple sahraoui pour le droit à l’autodétermination et à l’indépendance.

Ivry-sur-Seine, le 30 septembre 2010

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *