« Irréductibles Sahraouies, femmes et homme en Résistance » de Michèle Decaster

Faire sortir de l’ombre la Résistance populaire au Sahara occidental, qui se perpétue de génération en génération, comme la défense naturelle d’une société violentée, tel est le but de la soixantaine de récits de vies que Michèle Decaster, Secrétaire générale de l’AFASPA, collecte depuis 2002, au cours de ses séjours en territoire occupé, auprès de femmes et d’hommes. Un ouvrage illustré de nombreuses photos. (480 pages, 25€)


Une Résistance remarquable de courage et de dignité

Une Résistance audacieuse qui s’est inventée jusque dans les bagnes secrets d’Hassan II, permettant à ces centaines de disparus de préserver leur dignité humaine que leur geôlier voulait anéantir.

De la clandestinité au grand jour, elle s’exprime quotidiennement depuis mai 2005 dans une Intifada de caractère pacifique, collectivement partagé.
Une Résistance qui annonça, comme l’a souligné Noam Chomsky, en octobre 2010 à Gdeim Izik, les prémices du « Printemps arabe».

Résistantes et Résistants exposent ici leur souvenirs d’enfance, leur prise de conscience, la répression coloniale qui ne peut étouffer la voix de ce peuple à exiger son droit imprescriptible et inaliénable à l’autodétermination.

Ce florilège exclusif de récits de vies ouvre sur 40 ans d’Histoire cachée.

La perception des événements de ces personnages, vécus à différentes époques, permettent de percevoir l’évolution de cette lutte d’indépendance qui a connu à ce jour 18 années de conflit armé, suivies de 26 ans de cessez-le-feu. Durant la dizaine d’années où le Sahara occidental a été accessible, le monde médiatique s’y est à peine intéressé. Aujourd’hui c’est impossible d’y accéder. En 2014 le Maroc l’a de nouveau bouclé à tout enquêteur indépendant.

Ces entretiens furent émaillés de moments émouvants, mais aussi franches rigolades. La gaieté, l’humour sont une caractéristique des Sahraouis, une posture qui permet à l’évidence de dépasser les moments de souffrances physiques ou morales. Je n’ai pas édulcoré les propos car cela aurait contribué à couvrir des bourreaux toujours en postes de responsabilité.

Le titre du livre remet à l’honneur une ancienne règle de langue française qui donne la priorité au féminin dans certains cas d’accords. Issue du Moyen âge, elle a connu son heure de gloire aux 17ème et 18ème siècles. Les hommes sahraouis ne devraient pas y trouver malice, car ils reconnaissent la part essentielle des femmes dans la Résistance en territoire occupé et dans l’exil des campements de réfugiés.

Le refus sahraoui de la soumission au fait colonial est une réalité politique qui échappe non seulement au pouvoir marocain, mais aussi aux tenants de la « real-politique » de nos pays occidentaux, attachés à une grille de lecture qui se borne aux intérêts financiers et géopolitiques en oubliant la capacité de Résistance des peuples et le respect du droit international. Cette cécité touche la classe politique française jusque dans sa Gauche. J’espère que cette contribution participera à sa guérison… »

Vous pouvez commander le livre en adressant un chèque de 25€ + de frais de port : France 6,40€ – Union européenne 2,55€ – hors UE 4,26€ _ à l’ordre de : Comptoir des Lettres,7 rue Farnerie 26000 Valence.
ou en effectuant un virement bancaire (RIB en document attaché)

Indiquer :

Nom et prénom

Adresse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *