Hommage à Josette Audin

Josette Audin est décédée après une vie consacrée à faire droit à la vérité sur la mort de Maurice, son mari assassiné par l’armée française, quelques mois après que la France, par la voix de son président, lui a demandé pardon. Pardon, mais pas la vérité sur les circonstances et les commanditaires de ce crime qui reste sous « SECRET-DEFENSE ». Pour rendre hommage à cette remarquable militante, nous publions un extrait de l’intervention de Saddek Hadjerès à la table-ronde du 27 mars 2014 pour le lancement de l’appel à faire la vérité sur l’assassinat de Maurice Audin.


« Avec Claude Duclerc, nous avons convenu que dans la période de clandestinité totale du parti qui s’ouvrait, Maurice et Josette continueraient à se consacrer aux tâches de clarification politique et de solidarité contre la répression qu’ils menaient déjà au sein de l’opinion.
C’était le profil militant qui convenait le mieux à leur statut d’intellectuels et universitaires engagés. Ils y étaient déjà impliqués en direction de l’opinion européenne et juive, aux côtés de personnalités comme Hamid Bensalem professeur d’arabe UDMA, André Mandouze, Marcel Domerc enseignant SFIO, Mohammed Abdelli, Yves Lacoste le géographe et son épouse Camille Dujardin, Lucien Hanoun, Meyer Timsit etc. En fait un très grand nombre d’enseignants et de personnalités syndicales qui prolongeaient ainsi leurs luttes passées dans les comités pour la Paix et la reconnaissance des droits de l’Homme.À la fin de notre rencontre en voyant Josette et Maurice se pencher tendrement sur le berceau de leur premier né (Josette était déjà à nouveau enceinte), j’étais loin d’imaginer, bien que sans illusions sur la barbarie coloniale, que dix huit mois plus tard, le malheur allait foudroyer leur bonheur familial tout en arrachant à l’Algérie un scientifique et un humaniste de haut niveau.

Il était aussi difficile de prévoir en cette première année de guerre, où les portes d’une rapide issue négociée restaient encore relativement ouvertes, que six ans plus tard, en août 1961, le père de Claude Duclerc, ancien militant syndical et paisible retraité, allait être poignardé dans son appartement du Ruisseau par un commando de l’OAS.

C’était en cette dernière année de guerre, la première victime européenne de la folie meurtrière de l’OAS qui allait consacrer la débâcle de l’Algérie française.

J’ai revu Josette une deuxième fois durant la guerre, quatre ans plus tard en 1959. Malgré le malheur qui l’avait durement frappée, elle n’avait pas baissé les bras. Surmontant ses lourdes charges familiales, professionnelles et de démarches juridiques, elle coordonnait la solidarité active aux familles de détenus avec l’aide de Djamila Briki (épouse de Yahia Briki, lui même membre des CDL intégrés à l’ALN et condamné à mort pour sa participation à l’attentat contre le général Massu).

Pour discuter avec Josette de sa tâche et lui transmettre directement l’hommage et la confiance de tous ses camarades de parti, nous avions décidé que je la rencontre dans un de nos locaux les plus clandestins qui servait aussi d’imprimerie. Elle y était arrivée après un parcours de sécurité compliqué et épuisant, sous le soleil de plomb d’un été écrasant et portant dans ses bras le dernier né que Maurice n’avait pas connu.

À cet instant, elle personnifiait la douleur et le courage multipliés des dizaines de milliers de fois dans les familles citadines et rurales, écrasées quotidiennement par le rouleau compresseur du plan Challe dit de « pacification » et les regroupements forcés des camps d’internement. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *