Décès en prison à Dakhla du militant sahraoui des droits de l’homme, Hassana Elouali Aaleya. Les autorités marocaines responsables ?

Hassana Elouali Aaleya militant sahraoui des droits de l’homme est décédé à la prison à Dakhla. Né

en 1972, célibataire, il a été arrêté 6 fois depuis 1996, membre du bureau de l’Organisation Sahraouie contre a Torture, responsable dans cette association du dossier des mines. Militant actif de l’Intifada de l’indépendance depuis 2005.
Il était Technicien-Marin.
Il a rencontré Javier MANDES, rapporteur sur la Torture dans la prison noire d’El Ayoun. Il a rencontré également en 2009 une délégation de l’UE sur le dossier de pêche.

Il a mené une gréve de la faim de 23 jours avant son décès


Les autorités marocaines responsables ?

Le pouvoir marocain redouble de violence contre la population sahraouie des territoires occupés: manifestations pacifiques réprimées, militants marocains et sahraouis des droits de l’homme arrêtés, emprisonnés, torturés… De nombreuses délégations d’observateurs étrangers sont interdites d’accès dans les territoires occupés et expulsées. Au Maroc, on interdit, on réprime, on emprisonne, on torture…

La situation dans les prisons s’aggrave de jour en jour. De nombreux prisonniers politiques mènent des grèves de la faim très dures contre leurs conditions de détention et pour obtenir leur libération. Le 13 août 2014, l’étudiant marocain Mustapha Meziani est mort après 72 jours de grève de la faim. D’autres prisonniers poursuivent une grève de la faim depuis plusieurs semaines. Leur état est très critique. Mais le pouvoir marocain reste inflexible.

Âgé de 42 ans, le militant sahraoui des droits de l’homme, membre du Comité contre la torture de Dakhla, Hassana Elouali Aaleya, a été condamné à trois ans de prison après les manifestations de 2011 à Dakhla. Affaibli par plusieurs grèves de la faim qu’il a menées avec ses camarades sahraouis emprisonnés et souffrant d’un diabète, il a été privé des soins nécessaires par les autorités marocaines. Il en est mort dans la nuit du dimanche 28 septembre. La manifestation de la population sahraouie de Dakhla le 29 septembre contre cette « liquidation « délibérée a été violemment réprimée.

Face à la gravité de la situation, nous apportons notre soutien à la juste lutte du peuple sahraoui contre la répression et pour la reconnaissance de son droit à l’autodétermination et nous appelons à un
RASSEMBLEMENT
VENDREDI 3 OCTOBRE À 17H
PRES DE L’AMBASSADE DU MAROC
Angles des rues Benjamin Franklin et Le Tasse
PARIS 16ème (métro Trocadéro)

– pour dénoncer la responsabilité du pouvoir marocain dans la mort du militant sahraoui
– pour demander la mise en place d’une commission d’enquête indépendante et impartiale sur les circonstances de ce décès
– pour exiger la libération de tous les prisonniers politiques marocains et sahraouis et l’arrêt de la répression dans les territoires sahraouis occupés
– pour demander au gouvernement français de ne plus soutenir le pouvoir marocain qui continue de bafouer en toute impunité le droit international

Signataires: ACCA, AFASPA, AFAPREDESA, AFDI, APSO, ARAC, ASEI, Association des Amis de la RASD, Association de la Communauté sahraouie en France (ACSF), Association des Sahraouis de France (ASF), CEDETIM, CLSPS, COMIPSO, CORELSO, DROIT SOLIDARITE, ERMPL, FASTI, Fondation Frantz Fanon, Le Mouvement de la Paix, Plateforme de Solidarité avec le peuple sahraoui, SolidaritéMaroc05,Sortir du Colonialisme.

Contact: plateformeSO@gmail.com


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *