Bonnêt d’âne pour le Président de la CAF

Le roi du Maroc ne sais plus quoi inventer pour faire croire au monde qu’il a une souveraineté quelconque sur le Sahara occidental dont il occupe illégalement les deux-tiers. Voilà qu’il vient d’édicter une loi pour « intégrer les eaux territoriales du Sahara occidental au Maroc! Demain il en fera peut-être une pour s’accaparer l’Algérie?? Nous avons appris, ironie du sort, que Les Comores y ont installé un consulat à EL Ayoun, alors qu’au moment de son indépendance en 1975, cet africain s’est fait usurper une de ses quatre îles par la France, éminent membre du Conseil de Sécurité, condamnée de nombreuses fois par l’Assemblée générale de l’ONU pour ne pas avoir respecté les règles internationales en matière d’autodétermination des peuples colonisés. Les dirigeants des Comores ont d’ailleurs renoncé à remettre le sujet à l’ordre du jour de l’ONU, c’est dire leur volonté de faire respecter leur peuple et leur dignité. La dernière trouvaille de M6 a été de proposer que soit organisé, sans doute dans les meilleures conditions, la Coupe d’Afrique de Foot en salle à El Ayoun, capitale du Sahara occidental. Ci dessous la lettre du Président de l’AFASPA adressée au Président de la CAF.


Monsieur Ahmad Ahmad
Président de la Confédération d’Afrique de Football

Bagnolet le 22 janvier 2020

Monsieur le Président,

L’Association Française d’Amitié et de Solidarité avec les Peuples d’Afrique a appris que vous avez accepté le choix des autorités marocaines que la Coupe d’Afrique de football en salle se déroule dans la ville d’El Ayoun située au Sahara occidental, territoire non autonome, inscrit par l’ONU sur la liste des pays à décoloniser.

A l’aube de l’année 2020, au cours de laquelle seront commémorées les 60 années d’indépendance de 17 pays d’Afrique, vous vous rendez complice d’une opération de communication du seul État africain qui enfreint la Charte de l’Union africaine en colonisant illégalement une grande partie de l’État voisin, membre de l’Union africaine et refuse au peuple du Sahara occidental le droit de s’autodéterminer en application de la résolution 1514 du 14.12.1960 de l’Assemblée générale de l’ONU.

Alors qu’une compétition sportive internationale doit être un moment de rencontres et d’échanges fructueux entre des peuples, ces journées de la fin janvier 2020 seront le théâtre d’une opération de communication. Car le Maroc, depuis six ans ce mois-ci, expulse du Sahara occidental tout journaliste indépendant, avocat, élu venu y observer la situation.

En effet, depuis janvier 2014 ce sont 275 personnes venues de 20 pays et de 4 continents qui ont été expulsées d’El Ayoun, Dakhla ou Smara parce qu’elles étaient entrées en contact ou avaient rendez-vous avec des Sahraouis. L’AFASPA en tient la liste nominative en collaboration avec une organisation de droits de l’homme sahraouie.

Le Maroc n’est pas qualifié pour organiser une compétition sportive internationale pour la simple raison que la pratique sportive induit des règles à respecter, que la tricherie n’y est pas admise, qu’elle est même sanctionnée. Or le Maroc ne respecte pas les règles « du vivre ensemble » édictées par les grands arbitres internationaux que sont les instances de l’ONU et de l’UA ; qu’il ment en affirmant qu’il a la souveraineté sur le Sahara occidental, contrairement aux arrêts de la Cour Internationale de Justice de la Haye et de la Cour Européenne de Justice.

Monsieur le Président, au travers de cette manipulation, non seulement vous humiliez un peuple, mais vous renoncez à porter haut les valeurs du sport et celles des peuples africains qui ont lutté pour leur indépendance et le droit de vivre libres dans leurs pays.

A l’école du sport vous n’aurez pas « le tableau d’honneur » mais « le bonnet d’âne ».

Jean-Paul ESCOFFIER

Président

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *