Aminatou Haïdar lauréate du prix Right Livelihood « Prix Nobel alternatif »

Le prix Right Livelihood, connu sous le nom de « Prix Nobel alternatif », célèbre cette année son 40e anniversaire. Aminatou Haïdar du Sahara Occidental est l’un des lauréats 2019, a annoncé aujourd’hui à Stockholm, en Suède, la Right Livelihood Foundation. Plus de 30 ans de campagne pacifique pour l’indépendance de sa patrie ont valu à Haïdar le surnom de « Sahrawi Gandhi ».


Aminatou Haidar, éminente militante pacifique et championne des droits de l’homme se voit décerner le prix par le jury international « pour son combat pacifique qui, malgré l’incarcération et la torture, a revendiqué justice et droit à l’autodétermination du peuple du Sahara occidental de manière inébranlable. »

C’est la première fois que le Prix Right Livelihood distingue une personne issue du Sahara occidental.

Après avoir reçu la nouvelle, Aminatou Haidar a fait le commentaire suivant :

« Je suis très honorée de recevoir le célèbre Prix Right Livelihood. C’est là la reconnaissance de ma lutte non-violente et de la juste cause du peuple sahraoui qui, malgré l’occupation militaire et les nombreuses violations des droits de l’homme élémentaires, poursuit son combat pacifique. Les Sahraouis méritent d’être soutenus par tous afin qu’ils puissent, un jour, accéder à l’indépendance et à la liberté. »

L’annonce des Lauréats du Prix Right Livelihood 2019 a été faite lors d’une conférence de presse au Centre de presse international du ministère suédois des Affaires étrangères. Le jury a désigné quatre Lauréats qui recevront chacun 1 million de couronnes suédoises (94 000 EUR). Le prix en numéraires est décerné afin de soutenir l’œuvre des Lauréats et n’est guère destiné à leur usage personnel.

Les autres Lauréats 2019 sont l’avocate Guo Jianmei (Chine), la militante écologiste Greta Thunberg (Suède) et le leader indigène Davi Kopenawa qui se verra remettre le prix avec l’Association Hutukara Yanomami (Brésil). Le jury international a fait l’examen des 142 nominations provenant de 59 pays différents, suivant le processus de nomination accessible à tous.

M. Ole von Uexkull a fait le commentaire suivant : « Le peuple sahraoui a subi plus de quarante années d’occupation marocaine, toute opposition étant brutalement réprimée. Le courage et la fermeté qu’a manifesté Aminatou Haidar en organisant la résistance pacifique et en haussant de la voix devant la communauté internationale peut inspirer toute personne qui a foi dans la justice. »

Aminatou Haidar est une militante pacifique éminente, championne des droits de l’homme issue du Sahara occidental. Son engagement remonte à l’adolescence. Elle est l’un des fondateurs du mouvement sahraoui pour les droits de l’homme. Elle a organisé des manifestations, fourni des preuves de cas de torture et mené plusieurs grèves de la faim afin de sensibiliser la communauté internationale aux outrages subis par son peuple. Mme Haidar est présidente et co-fondatrice du Collectif des défenseurs sahraouis des droits de l’homme (CODESA). Elle joue un rôle crucial en signalant la question non résolue du Sahara occidental à l’attention mondiale, question longtemps négligée par les Nations Unies, l’Union européenne et les médias.

Le territoire contesté avait été cédé en 1975 par l’ex-puissance coloniale espagnole pour se voir immédiatement annexé par le Maroc. A maintes reprises, le droit à l’autodétermination a été promis au peuple autochtone sahraoui par les Nations Unies, l’Espagne et le Maroc. Plus de quarante années se sont toutefois écoulées sans qu’aucun référendum ne soit organisé, la communauté internationale restant indifférente, si ce n’est complice de l’occupation.

Dès l’occupation, les autorités marocaines ont réprimé tout Sahraoui dès lors qu’il invoquait publiquement le droit à l’autodétermination et le respect des droits humains fondamentaux. A l’instar de nombreux autres militants sahraouis, Aminatou Haidar a été frappée, torturée et emprisonnée sans autre forme de procès. Quatre années de son existence se sont ainsi dilapidées dans une prison secrète et coupée du reste du monde.

Malgré les menaces de mort et le harcèlement dont elle et ses enfants font les frais, Aminatou Haidar se bat sans relâche pour qu’une solution politique soit trouvée à l’un des plus longs conflits enlisés au monde, s’efforçant d’inculquer les vertus de l’action pacifique aux générations sahraouies montantes.

Aminatou Haidar recevra son prix le 4 décembre lors de la Cérémonie du Prix Right Livelihood 2019 à Stockholm. Le Prix célébrant ses quarante ans d’existence, le public sera pour la première fois convié à participer à la cérémonie. Edward Snowden, lequel se vit remettre le Prix Right Livelihood en 2014, joindra la cérémonie en ligne depuis Moscou et les artistes José González et Ane Brun se produiront lors de l’événement. Les tickets pour la cérémonie du Prix sont accessibles ici : Cirkus.se.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *