A Paris le 10 mai 2014 commémoration de l’abolition de l’esclavage en 1848

SAMEDI 10 MAI 2014 à partir de 9h square Edmond Rostand (face au Sénat) RER Luxembourg, aura lieu un rassemblement pour commémorer l’abolition de l’esclavage, rappeler les crimes commis au nom de l’Argent-roi et d’une idéologie raciste qui conduira à des siècles de pillages des richesses humaines et des ressources du continent africain. Cette saignée fera la richesse de négociants et de dirigeants sans scrupules et stimulera les économies de pays d’Europe et des Amériques dont les meurtrissures au sein des sociétés africaines se ressentent aujourd’hui encore.


Les réparations… pour les propriétaires !

Le décret de 1848 abolissant l’esclavage prévoit
que « L’Assemblée nationale réglera la quotité
de l’indemnité qui devra être accordée aux
colons ».


Le prix de l’indépendance : Haïti

Pour maintenir son indépendance acquise en
1804, la République d’Haïti devait s’acquitter du
versement d’une soulte de 150 milliards de
francs-or, ramenée à 90 millions en 1838 (équivalent
à 21 milliards de dollars), dont la majeure
partie à des banques françaises. La dette sera
définitivement honorée en 1883, mais les intérêts
et emprunts nécessaires ne seront totalement
remboursés qu‘en 1946 !

L’Afrique saignée à blanc

Les études font état de 12 à 18 millions
d’Africains déportés. A ce chiffre, il faut ajouter
les victimes décédées sur le sol africain, en tentant
d’échapper à la capture. On estime que pour
un africain déporté vivant, trois ou quatre personnes
sont mortes. Il y a donc eu de 36 à 72
millions de victimes de la traite pendant ces
quatre siècles. Le continent africain compte au
début de la traite 50 millions d’habitants…

Le travail forcé

En juin 1930, une convention internationale tendant
à l’interdiction du travail forcé dans les colonies
est élaborée par le Bureau international du
travail. Trois Etats refusent de la ratifier : la
France, la Belgique et le Portugal.
Il faudra attendre 1946 pour que l’Assemblée
nationale constituante adopte l’abolition du travail
forcé suite à la proposition de loi défendue
par le député Félix Houphouët-Boigny : « Art.
1er. Le travail forcé ou obligatoire est interdit de
façon absolue dans les territoires d’outre-mer. ».


17000 morts pour 500 km de rail…

« La région du Congo, très peu peuplée, n’était
évidemment pas capable de fournir les effectifs
nécessaires. Il fallut faire venir des populations
originaires du Moyen-Congo, du Tchad et de
l’Oubangui-Chari. (…) Le grand reporter Albert
Londres avança le chiffre de 17000 morts. Il
n’était sans doute pas loin de la réalité, les
études réalisées ultérieurement confirmant cet
ordre de grandeur (…) A l’issue de ce gigantesque
chantier, le Congo était exsangue…»

Jean Monville, ex-PDG de Spie-Batignolles dans Une histoire de Spie. Naître et renaître à propos
de la ligne ferroviaire Brazzaville – Pointe Noire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *