Présentation des films : « Afrique 50 » de René Vautier et « Un aller simple pour Mahoré » d’Agnès Fouilleux

Ces deux films témoignent de l’histoire de la colonisation de l’Afrique et de ses séquelles. Ce sont des ouvrages d’information et de réflexion indispensables à la compréhension de la situation d’aujourd’hui.


« AFRIQUE 50 » de René Vautier

1950, le jeune réalisateur découvre la dramatique réalité de l’oppression coloniale et passe outre l’interdiction de filmer sans autorisation dans les colonies françaises. Sur le point d’être expulsé du Mali, il s’enfuit avec des amis africains pour un périple de mille kilomètre. Il suit les traces des répressions, filme un village brûlé pour non-paiement d’impôts et nombre de violations des droits de l’Homme.
Il ne récupérera qu’un quart de ses pellicules qui seront saisies à Paris. Il monte ce film qui lui vaudra la condamnation à un an de prison par le tribunal de Bobo-Dioulasso.

Un aller simple pour Mahoré » d’Agnès Fouilleux

Un documentaire solidement étayé sur le quotidien, le passé et le présent de l’archipel. Les victimes, mais aussi les acteurs témoignent des manœuvres qui ont permis à la France de confisquer au peuple des Comores le résultat de son expression souveraine lors du référendum de 1975. Ce déni du droit international, soigneusement tu, n’avait qu’un but : garder une base arrière pour les opérations militaires françaises en Afrique.
Trente ans de ce régime ont produit un résultat désastreux. Les Comores sont divisées et ruinées, Mayotte abrite des dizaines de milliers de clandestins exploités et misérables. Des milliers de migrants, les  » morts Balladur « , n’ont pas survécu à la traversée en Kwasa (barque) à la cherche du travail ou tout simplement pour rejoindre la famille.

La projection suivie d’un débat avec la participation de la réalisatrice Agnès Fouilleux

Mercredi 10 Février 2010 à 20 heures

au Centre culturel LA CLEF, 21 rue de La Clef, Paris 5ème
Métro « Censier-Daubenton »

Participation aux frais : 5 euros

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *