Le n°137 (de septembre 2015) d’Aujourd’hui l’Afrique est sorti

Aujourdhui l’Afrique n°137 (de septembre 2015)
Sommaire et Billet


Sommaire du n°137 (de septembre 2015)


01. Le Billet. Un vent mauvais (Francis Arzalier)

02. L’internationalisme cubain en Afrique (Rémi Herrera)

04. Qui a tué Dulcie September ? (Francis Arzalier)

06. Histoire des plaintes des femmes Tutsi contre les militaires français de l’Opération Turquoise (Dr Annie Faure)

08. 58 interventions militaires françaises en Afrique durant les 54 années d’indépendance dans 23 pays (Aujourd’hui l’Afrique)

08. Le souffle des dragons du lac Kivu (Aujourd’hui l’Afrique)

09. Namibie, 1904. « Tout Herero aperçu sera abattu » (Jean Chatain)

11. Echos de São Tomé et Principe. La reconquête coloniale n’épargne pas les petits pays (Michèle Decaster)

15. Dossier central : Le PCF et la question coloniale : 1920-1962 (Alain Ruscio)

19. Burkina Faso. Une braderie des richesses du sous-sol (Jacqueline Gascuel)

21. Création d’un Marché Commun d’Afrique de l’Est, la « Tripartite » (Robert Lavaud)

23. Afrique du Sud. Libéralisme et émeutes anti-immigrés (Jean-Claude Rabeherifara)

23. Quel sort pour les milliers de migrants de par le monde ? L’infanterie légère du capitalisme mondial (Jacqueline Derens)

24. Droits à l’eau et à la terre, une lutte commune. (…) Déclaration de la Convergence Globale des luttes pour la terre et l’eau (Forum social 2015 de Tunis)

26. Le droit des peuples à la Paix, c’est tout simplement le droit à la vie (Eugénie Dossa-Quenum)

28. Flashes d’actualités africaines (Robert Lavaud)

30. Le retour de l’exotisme (Jon Abbink)

31. Notes de lectures (Michèle Decaster, JC Rabeherifara)

32. Deux hommes révoltés (Monique Houssin)

33. Le Centre Saartjie Baartman (Jacqueline Derens)



Le Billet

Un vent mauvais

Francis Arzalier

Au cours de son histoire, la France a su accoucher de Révolutions admirables. Mais ce vieux pays colonial et guerrier a toujours eu ses épisodes sombres, ses préjugés et ses politiciens rances.

Un vent mauvais souffle en 2015 sur notre pays, le même qui, en 1940, enfanta les camps d’internement pour étrangers et les déportations, et en 1960 les « ratonnades » OAS.

La défiance hargneuse à l’encontre des « Musulmans » et autres Africains à la peau sombre se répand aux propos de bistrots, et dans ces défouloirs fangeux que sont souvent les « réseaux sociaux » Internet. Elle nous conduit droit vers l’abîme xénophobe et d’extrême-droite.

Tout y concourt :
– les quelques criminels « djihadistes », qui n’ont trouvé pour raison d’exister que l’imitation des furieux de DAECH, en décapitant leur compagnons de travail, et en se prétendant en cela mandatés par un Dieu de cauchemar inventé à propos,
– nos journalistes dévoyés, qui gonflent leurs méfaits au lieu de s’en tenir à la réalité, pour faire de l’audience en affolant un public avide de sensations fortes et de sang,
– nos politiciens qui cultivent la peur, pour compenser leur discrédit face au chômage et la précarité: Certains n’hésitent pas à déclarer la « Guerre de Civilisations », reprenant sans pudeur un concept inventé par l’extrême-droite états-unienne il y a vingt ans,
– nos Dupont-Lajoie en quête de boucs émissaires face à leurs difficultés, affolés par l’afflux incontrôlable de migrants, sans voir que la plupart ont dû quitter leurs pays, Libye, Syrie etc. transformés en enfers meurtriers par les armes et les mercenaires venus d’Occident, y compris de France.

Certains signes ne trompent pas : à la mi-juin 2015, le village de Prunelli di Fiumorbo, en Haute Corse, a connu quelques jours de célébrité médiatique inusitée ; des parents d’élèves y ont refusé que leurs enfants chantent à la Kermesse de l’école une chanson de John Lennon en langue arabe, à côté du français, du corse, de l’anglais. Dans la foulée, de courageux anonymes, par le biais des « réseaux sociaux  », ont menacé les institutrices, les ont contraintes à annuler la fête, et sont venus taguer sur les murs des slogans anti-Arabes. Quelques jours après ce succès de la xénophobie, une manifestation anti-raciste a rassemblé quelques dizaines de personnes. Il est satisfaisant de noter parmi elles le Maire du village, Siméon de Buochberg, dont les ancêtres sont venus depuis la Suisse Alémanique en Corse au dix-huitième siècle. Mais les seuls élus régionaux présents ce jour-là avec les manifestants étaient du PCF: les autres ont ils eu peur d’effrayer leurs électeurs ?

Ne nous y trompons pas : ce lamentable fait-divers n’est pas, contrairement aux assertions de la « grande presse » (Le Monde, Libération etc.), symptomatique d’une « société corse en crise ». C’est un indice parmi bien d’autres d’un « mal français » qui se répand partout dans la Nation ces derniers mois.

Durant ce même mois de juin, le site commercial Marmiton, spécialisé dans le conseil culinaire, a publié quelques recettes « Rupture de jeûne », sous le sigle bienveillant « Bon Ramadan à tous ! ». Il n’en fallut pas plus pour qu’une foule d’abrutis racistes lui déverse par Internet un tombereau d’insultes, sur le thème « Restons chez nous, nous sommes un pays chrétien: rien à faire du Ramadan des Djihadistes ! »

Parallèlement, des « experts » proposaient sur certaines radios de fermer des mosquées pour conjurer le risque d’attentats, confondant allègrement pratique de l’Islam et fascisme « djihadiste » ! Comme si l’on devait supprimer une église, chaque fois que l’a fréquentée un délinquant…
Cette peste xénophobe n’est pas invincible. Encore faut-il pour cela que la France progressiste retrouve sa vitalité, qui lui permit de vaincre la vague antisémite en 1900, les Ligues fascistes des années 30, le vichysme et l’OAS par la suite. Il n’est que temps…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *