Le n°136 d’Aujourd’hui l’Afrique (de juin 2015) est sorti

Le n°136 d’Aujourd’hui l’Afrique (de juin 2015) est sorti


AU SOMMAIRE DE CE NUMÉRO

01. Le Billet. Crimes contre l’humanité en Méditerrannée : Qui sont les criminels ? (Francis Arzalier)

02. Migrants méditerrannéens : les victimes et les profiteurs (Pierre Sidy)

03. Impérialisme. Berlin 1885, la ruée coloniale (Jean Chatain)

07. A quand le procès en révision des rescapés de Thiaroye ? (Armelle Marbon)

09. Mars 1965-Mars 2015. Honneur aux victimes de la répression au Maroc (Hayat Berrada-Bousta)

11. Islamophobie / Laïcité (Jacqueline Gascuel)

14. Pour les experts, le Sénégal va bien (Jean-Michel Bavard)

15. Libye. Les combattants de l’épouvante (Francis Arzalier)

18. Pourquoi de jeunes Belges deviennent des  » combattants syriens  » ? (Marc Botenga, Revue Solidaire Belgique)

20. L’Afrique : un continent dont la croissance est mal répartie (Robert Lavaud)

22. Conclusion générale de l’ouvrage « L’électricité au coeur des défis africains » (de Christine Heuraux)

24. Actions transnationales simultanées contre les accaparements Bolloré de terres (Compte-rendu)

25. La finance de développement européenne et américaine alimente une nouvelle phase d’agro-colonialisme en RD Congo (RIAO/RDC, ONG GRAIN)

26. Assia Djebar. Les yeux ouverts (Monique Houssin)

27. Notes de lecture (F. Arzalier, J. Gascuel, M. Decaster)

28. Flashes d’actualités africaines (Robert Lavaud)

30. Face au maire fasciste de Béziers. De l’irresponsabilité au sursaut républicain (Communiqué de l’ANPROMEVO)


Le Billet

CRIMES CONTRE L’HUMANITÉ EN MÉDITERRANÉE : QUI SONT LES CRIMINELS ?

(par Francis Arzalier)

Entre Tunisie, Libye, Malte, Sicile et Italie, des milliers d’hommes, femmes et enfants sont morts cet été lors du naufrage du rafiot qui, espéraient-ils, les amènerait en Europe. Après les 800 noyés du 19 avril qui ont fait les gros titres un soir des télévisions occidentales et provoque la compassion, on en sauve quelques uns de plus, et les « Humanistes ? » de nos capitales s’en félicitent. Mais l’afflux de migrants vers l’eldorado occidental va continuer, des centaines de milliers de candidats au voyage, et à la mort peut-être, attendent leur tour dans les camps de réfugiés de Libye, de Turquie, du Liban, etc. Ils viennent de Syrie, dont plus de 40 pour cent de la population a été contrainte à l’exil, d’Irak, du Sahel ou de la Corne de l’Afrique, c’est à dire de pays ravagés par la guerre.

Ces crimes de masse en Méditerranée, passés, présents et à venir, ont des responsables, qui relèveraient du TPI de La Haye, si ce tribunal se préoccupait vraiment de justice internationale, et ne se contentait pas de pourchasser quelques Africains, comme Gbagbo, des réprouvés de l’Occident.

Les premiers coupables sont d’abord les dirigeants occidentaux qui ont nourri les guerres dans ces pays d’Afrique et du Moyen-Orient (selon Amnesty International, 57 millions de personnes ont fui leur résidence pour éviter les combats en 2014 !) :

* les dirigeants des USA et Royaume Uni qui ont détruit l’état national irakien et s’étonnent aujourd’hui de l’expansion des intégristes de DAECH ;

* ceux des puissances occidentales et pétrolières arabes du Golfe, qui, dans leur volonté haineuse de détruire le régime d’Assad à Damas, trop proche de leurs concurrents iranien et russe, ont financé et armé les bandes criminelles intégristes insurgées contre lui, et font mine de larmoyer sur le drame syrien ;

* le Président français qui a démoli militairement l’état-nation libyen au profit des milices islamistes et ethnicistes, ceux des politiciens français de droite et de gauche qui l’ont alors soutenu, et clament aujourd’hui leur colère contre les mêmes milices de Tripoli, qui organisent le trafic des migrants ;

* évidemment, les maffias criminelles de passeurs, qui achètent de vieux cargos à la casse, et les surchargent de centaines de candidats au voyage vers l’Europe, contre une somme importante pour eux (plus de 5.000 euros par personne)?: le navire poubelle ne coûtant que 200.000 euros au maximum, chaque voyage rapporte quelques millions d’euros aux passeurs ;
*?les autorités complaisantes qui tolèrent ces industries du crime en Turquie, au Maghreb, ou en Europe balkanique, complices ou corrompues?;

* les dirigeants de l’Union Européenne, qui font volontiers une minute de silence pour les victimes, en oubliant qu’ils ont causé ce gâchis, et soucieux surtout de laisser aux voisins la charge des migrants qui débarquent en Sicile.

Et, ne l’oublions pas, les employeurs des pays d’Europe, qui n’hésitent pas à tirer partie des réactions xénophobes entrainées par l’afflux de migrants, mais sont très heureux de cet afflux de main d’œuvre souvent qualifiée, sans – papiers prêts à accepter un salaire infime pour survivre.

Imaginons une véritable Justice Universelle, un véritable TPI devant lequel s’aligneraient tous ces inculpés… Mais le monde étant ce qu’il est, ne rêvons pas : le crime a encore de beaux jours devant lui…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *