Le Maroc veut briser la résistance sahraouie

Alors que le militant des Droits de l’Homme Ennaama Asfari, arrêté le 14 août sous prétexte « d’outrage à agent », comparaissait en première instancece, jeudi 27 août devant la justice marocaine, les différents corps de police quadrillaient la ville, berceau de la résistance sahraouie, pour empêcher la population sahraouie de manifester son soutien.


Au check point à l’entrée de Tan Tan, à 11h les militants qui venaient de Laayoune pour assister au procès ont été arrêtés et conduits au poste de police. Il s’agit des responsables de l’ASVDH : Brahim Dahanne président et Brahim Sabbar secrétaire général, accompagnés de Sultana Khaya, vice présidente du Forum pour l’Avenir de la Femme Sahraouie, Med Mayara, Ahmed Sbaï, Yahdih Tarrouzi membre de l’ODS (Organisation des Défenseurs Sahraouis), Hassanna Allaya, Lehbib Elgasmi, Hassan Dah et Elbachir Khedda, tous sont d’anciens prisonniers ou des victimes de la répression coloniale. Ils ont été retenus durant 6 heures, les empêchant ainsi d’assister aux débats du procès.

Hassanna Allaya quant à lui a été sauvagement tabassé, il a dû être hospitalisé d’urgence à Tan Tan où il a été opéré puis transféré à l’hôpital d’Agadir pour un problème veineux à une main.

C’est le tristement célèbre Commissaire Mustapha Kamour, tortionnaire ayant officié de longues années à Laayoune, qui dirigeait les opérations de ratissage.

Sur les faits

Enaama Asfari, co-président du CORELSO (Comité pour le Respect des Libertés au Sahara Occidental) a été arrêté à un des barrages de police situés aux entrées de la ville de Tan Tan,suite à une querelle à propos de son porte clés représentant un drapeau de la RASD (République Arabe Saharaouie Démocratique). Les policiers l’ont molesté ainsi que le jeune mineur M. Rioubou qui l’accompagnait. Ils ont été condamnés à 4 mois de prison ferme pour Enaama Asfari et 2 mois avec sursis pour M. Rioubou, sentence à laquelle ils vont faire appel. M. ASFARI et sa défense se sont retirés de l’audience en signe de protestation contre le manque de garantie d’un procès équitable.

Me. Jose Manuel de la Funete, avocat de Badjos, mandaté par l’Observatoir des Droits de l’Homme, Me. Sylvie Bourjon, avocate française, mandatée par Droit Solidarité et Isabelle Lepesant mandatée par l’Association des Amis de la RASD assistaient au procès. Ils ont pu témoigner du déni de justice.

Réactions populaires sahraouies

En territoire occupé, des manifestations pacifiques se sont déroulées dans les villes de Dakhla, Laayoune et Boujdour. Des dizaines de citoyens sahraouis ont demandé la libération immédiate des prisonniers politiques sahraouis qui croupissent dans les prisons marocaines. Les tentatives d’intimidation de toutes sortes ne leur font pas renoncer à arborer les drapeaux de la RASD et à revendiquer encore et toujours leur droit inaliénable et imprescriptible à l’autodétermination dans les slogans qu’ils scandent en pleine rue en criant leur attachement au Front Polisario, leur unique représentant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *