Harcèlement sur les prisonniers politiques sahraouis de Gdeim Izik

Après avoir été arrêtés suite à l’assaut du campement pacifique de 20000 personnes à Gdeim Izik le 7 novembre 2010 par les forces de répression marocaines, 24 militants sahraouis ont été torturés et déférés devant le tribunal militaire de Rabat. Ils ont mis fin à grève de la faim de 38 jours en décembre dernier par laquelle ils réclamaient le respect de la procédure pénale et les droits des prisonniers d’opinion. Devant l’ampleur du soutien à leur cause dans la population sahraouie du territoire occupé, des étudiants, des organisations de défense des droits de l’homme dans le monde et organisations amies du peuple sahraoui, les autorités ont concédé à certaines revendications matérielles et de vie quotidienne.


Leurs émissaires : Mohamed Sabbar, Secrétaire général du Conseil National marocain des droits de l’homme, et Abdeslam Zaria, membre du même conseil et directeur général des prisons marocaines se sont en outre engagés à la remise en liberté provisoire de deux prisonniers gravement malades et à ce que le procès retardé de mois en mois s’ouvre enfin.

Mais au Maroc, il y a loin des promesses aux actes. Alors que le procès devait s’ouvrir le 13 janvier, il a été reporté sans explication ni d’autre date annoncée. Et le 10 février les prisonniers ont été l’objet d’une attaque brutale d’un véritable commando sous les ordres du directeur de la prison Salé2 Mustafa Hajli et le chef de quartier Younes Albouazizi accusé d’actes de tortures sur les prisonniers. Les cellules ont été fouillées, saccagées. Les ustensiles et matériels obtenus à l’issue du jeûne ont été détruits ou confisqués (réchauds, radio, télévision, livres et journaux etc…ainsi que des effets personnels).

Les familles sont interdites de visite depuis cette date et aucune explication n’a été apportée à ces représailles à l’égard d’une action courageuse des prisonniers qui n’ont plus la possibilité de téléphoner à partir de la cabine de la prison comme précédemment.
Combien de temps encore les autorités marocaines vont-elles maintenir emmurés ces militants pacifiques du droit à l’autodétermination ?

Ce jour une manifestation est organisée par les familles des prisonniers et l’AMDH sous les fenêtres du Conseil National marocain des droits de l’homme pour que cesse cette situation intolérable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *