Grève de la faim de 48h des prisonniers politiques sahraouis dans les prisons marocaines de Kenitra et Tiflet2

Les prisonniers politiques sahraouis de la prison centrale de Kenitra et de la prison locale, Tiflet 2, en grève de la faim en solidarité avec leur compagnon Ahmed Elbachir Ahmed Esbaai, Président honoraire de l’Association sahraouie de protection des prisonniers politiques.


Le vendredi 17 juillet 2020, les prisonniers politiques sahraouis (groupe Gdiem Izik) Abdullah Elwali Ahmed Ramdan El Khfawni, Mohamed Lamine Abdin Hadi, Elbachir Elaabed Mehdar Khada et Muhammad Hassana Ahmed Salem Bourial; ont lancé une grève de la faim de 48 heures en signe de solidarité avec leur compagnon Ahmed Esbaai, qui a subi une nouvelle crise cardiaque résultant de la négligence délibérée de son état de santé.

Cette démarche de solidarité a été engagée pour protester à l’encontre de la politique d’indifférence et de négligence médicale délibérée dont ils font l’objet depuis leur arrestation arbitraire fin 2010, suite au démantèlement brutal du campement des Sahraouis à Gdeim Izik proche de la ville occupée d’El Aiun. Les problèmes médicaux qu’ils rencontrent les uns et les autres persistent encore aujourd’hui.

Les raisons politiques sont à l’origine des représailles de l’administration générale des prisons marocaines qui prive les prisonniers politiques sahraouis de leur droit à des soins médicaux et à des traitements suivis ; cela s’ajoute aux restrictions systématiques et aux conditions de détention difficiles, y compris les dangers qu’ils courent du fait de la pandémie du Covid19 ; Surtout après ce qui est arrivé à leur compagnon, Ahmed Esbaai.

El Aiun le 17 juillet 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *