ACCUEILLA LETTRE DE L’AFASPA
Dernière mise à jour :
lundi 19 septembre 2022





   
La Lettre de l’AFASPA juillet /août 2022
samedi 10 septembre 2022

IL DOIT FINIR LE TEMPS DES COLONIES !

Dans une lettre adressée le 15 août 2022 à Zhang Jun Président du Conseil de Sécurité de l’ONU, le gouvernement malien demande une réunion d’urgence pour faire cesser ce qu’il présente comme « les actes d’agression » de la France. Il affirme disposer « de plusieurs éléments de preuve que ces violations flagrantes de l’espace aérien malien ont servi à la France pour collecter des renseignements au profit des groupes terroristes opérant dans le Sahel et pour leur larguer des armes et des munitions ». Des drones, des hélicoptères et des avions de chasse survoleraient le territoire malien sans autorisation. Une cinquantaine de violations aurait été recensée, dont le largage de colis, comme à Labezanga le 8 août dernier. Après l’attaque du camp de Tessit début août, qui a coûté la vie à 42 soldats maliens, l’armée malienne affirmait avoir enregistré « des opérations clandestines et non coordonnées de survol » prouvant que les terroristes -en l’occurrence la branche sahélienne du Groupe État islamique- avaient bénéficié « d’un appui majeur et d’une expertise extérieure. » Le chef de la diplomatie malienne laisse également entendre que les Français pourraient avoir transporté par hélicoptère deux membres d’un groupe djihadiste début août dans la région de Tombouctou.

Le général commandant de la force Barkhane et l’ambassadeur de France au Mali, s’offusquent de telles accusations qu’ils démentent. Mais rien du Quai d’Orsay ni de l’Elysée...

La journaliste Martine Laroche-Joubert ne mâche pas ses mots : « Dans ce silence gênant de l’hexagone, il nous est revenu que tous ses efforts sont déployés au sein de l’ONU pour que cette réunion d’urgence demandée par le Mali n’ait jamais lieu. En effet Paris, n’étant pas capable d’affronter ce dossier d’accusation qui s’avère être en béton armé, s’emploie toutefois à éviter de rallonger la chaine des précédents fâcheux pour sa diplomatie internationale. Pour le moment, le flou persiste dans cette affaire grâce notamment au silence douteux de l’accusé. L’occasion de féliciter l’Elysée pour avoir pu retenir le fougueux président de l’ouvrir au risque de tout foutre en l’air. Mais l’envoie de Macky Sall pour calmer les ardeurs de Bamako a lamentablement échoué. Malgré le suspense et le jeu de la montre fait par certains acteurs dans cette affaire, le Mali n’entend pas du tout lâcher l’affaire. Le Ministre des affaires étrangères A. Diop s’est entretenu la semaine passée avec l’Ambassadeur de la Chine au Mali sur cette question.

L’affaire retient toute l’attention de l’opinion nationale malienne et panafricaine. Pendant ce temps, Paris évite les sorties publiques et met à profit toutes ses ressources diplomatiques de haut niveau. Pour le moment les pays de l’Union européenne lui auraient assuré leurs soutiens. C’est peut-être pour témoigner de ce fait que la Ministre allemande des affaires étrangères s’est fait de nouveau remarquer par une autre de ses bêtises qu’elle seule maîtrise : « L’Allemagne ne va pas laisser le Mali à la Russie ». Par l’Allemagne, il faut entendre : l’union européenne en soutien à la France pour l’aider à préserver sa propriété privée, le Mali. Le réveil euro-occidental sera brutal. »

Ce triste tableau rappelle les méthodes utilisées il y a 64 ans par les dirigeants Français de l’époque pour torpiller l’indépendance de la Guinée, coupable d’avoir dit non à l’aménagement de la servitude et oui à une indépendance authentique. La morgue colonialiste a la défaite mauvaise.

Documents joints à cet article :