ACCUEILL’AFASPA vous conseille...LIVRES
Dernière mise à jour :
lundi 12 novembre 2018





   
Présentation du livre "La société militaire à Madagascar. Une question d’honneur(s)" d’Olivier Vallée
mardi 9 janvier 2018
De son long et récent séjour à Madagascar, Olivier Vallée a tiré un livre qui analyse les ressorts anciens et modernes de l’interventionnisme militaire dans la politique malgache.

Il présentera son ouvrage

le jeudi 11 janvier 2018 à partir de 19h à la librairie Résistances, 4 impasse Compoint (angle du 40 rue Guy Môquet) 75017 Paris (métro Guy Môquet)01 42 28 89 52

Dédicace à l’issue d’un débat.


CONFÉRENCE DE OLIVIER VALLÉE "LA SOCIÉTE MILITAIRE À MADAGASCAR. UNE QUESTION D’HONNEUR(S)", jeudi 11 janvier 2018 à partir de 19h à la LIBRAIRIE RÉSISTANCES, Paris 17ème...

De son long et récent séjour à Madagascar, Olivier Vallée a tiré un livre qui analyse les ressorts anciens et modernes de l’interventionnisme militaire dans la politique malgache. Il présentera son ouvrage le jeudi 11 janvier 2018 à partir de 19h à la LIBRAIRIE RÉSISTANCES 4 villa Compoint (angle du 40 rue Guy Môquet) 75017 Paris (métro "Guy Môquet" ou "Brochant") 01 42 28 89 52 http://www.librairie-resistances.com

Ce livre est né d’une interrogation, voire d’un paradoxe, suite au renversement en 2009 à Madagascar de Marc Ravalomanana par Andry Rajoelina. Alors que le pays traverse de nouveau une grave crise politique, économique et sociale, pourquoi l’armée n’a-t-elle pas conservé le pouvoir que lui avait remis le président déchu et préféra-t-elle le confier au maire de la capitale ? La sociologie historique de la société militaire malgache offre de nombreuses réponses à ce choix, tout en révélant la nature symbolique et les faiblesses réelles des "Forces de sécurité" de ce pays. La genèse de l’armée malgache débute au cours de la période précoloniale avec les guerres entre les différents royaumes de l’île. L’occupation française infléchira alors son rôle jusqu’à l’Indépendance. Les différentes phases politiques postcoloniales parachèveront la formation d’une corporation d’officiers qui ne se caractérise pas uniquement par le fait d’être des "hommes en armes". Une élite "martiale" spécifique s’est bien constituée, perpétuée et adaptée à travers l’histoire. Loin de représenter une continuité identitaire, il s’agit plutôt ici de formes de réinventions selon des contextes, rapidement globaux, mais dépendant cependant de la structure sociale et économique insulaire et des références à la communauté imaginée malgache. Se consolide ainsi une société militaire située ailleurs, dans une hétérotopie qui alimente ses répertoires d’action et de représentation et la disculpe de ses failles et de ses échecs. Le néo-libéralisme des années 2000 ouvre alors la voie à une "bureaucratie galonnée" où s’encastrent les officiers et suscite une gouvernance criminelle accentuée sous le régime de la Haute Autorité de Transition. La figure du chef militaire se retrouve ainsi à la croisée des réseaux de pouvoir et d’affaires, poursuivant des trajectoires singulières dans les registres de la coercition, de la gestion et de la complicité avec l’accumulation oligarchique des richesses.


Né à Madagascar, Olivier Vallée est économiste et politiste, il a travaillé pendant 38 ans surtout en Afrique et plus particulièrement à Madagascar de 2011 à 2014, période de la Haute Autorité de Transition. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages traitant de ce continent dont Le prix de l’argent CFA (Karthala, 1989) et La Police morale de l’anticorruption (Karthala, 2010), issu d’une thèse soutenue à la Sorbonne en 2008.