ACCUEILCommuniqués l’AFASPADocumentation
Dernière mise à jour :
jeudi 10 août 2017





   
Interventions militaires françaises en Afrique
59 interventions militaires françaises en Afrique depuis les indépendance dans 23 pays
lundi 1er février 2016
L’indépendance des pays en Afrique n’a pas été accompagnée par les anciennes puissances coloniales d’une aide à l’industrialisation et aux infrastructures nécessaire à l’essor économique des pays leur permettant d’obtenir une véritable souveraineté économique, politique et culturelle. Ce qui était la moindre des choses après un siècle de pillage des ressources naturelles et d’exactions sur les populations. Les prétextes de ces interventions sont à peu près tous les mêmes : « respect des accords de défense », mais aussi « protection des ressortissants français » ou encore « maintien de la stabilité face au risque de chaos », quand bien même s’agissant de la « stabilité » d’une dictature prédatrice.

Voici les opérations postérieures à 1960, les plus importantes :

Présidence de De Gaulle

-   1957-1971 au Cameroun : répression sur les populations qui soutiennent l’UPC (Union des Populations du Cameroun), anéantissement des maquis, exécution de des dirigeants.

-   1960-1962 au Gabon, Congo, Tchad, Mauritanie : interventions « antiémeutes »

-   1961 en Tunisie : intervention pour le maintien de la base militaire française

-   1962 au Sénégal : opération de maintien de l’ordre suite d’une prétendue tentative de renversement du Président Senghor

-   1963 au Niger : répression d’une révolte militaire

-   1964 au Gabon : rétablissement de Léon M’Bo après le putsch d’une partie de l’armée

-   1967 en Centrafrique : renforts envoyés à Bokassa qui craint un coup d’Etat

Présidence Pompidou
-   1969-1972 au Tchad : opération Limousin et Bison contre le FROLINAT, mouvement progressiste (suite opération camomille)

Présidence Giscard
-   1976-1977 à Djibouti : opération Lavado et Saphir contre l’irrréden Kisma Somalien (mouvement se réclamant de la réunion en une nation....

-   1977-1980 au Tchad : guerre contre-insurrectionnelle contre le Frolimat

-   1977 au Zaïre : opération Verveine en soutien au Général Mobutu, contre la rébellion au Shaba

-   1977-1981 au Sahara occidental et en Mauritanie : opération Lamentin appui de l’aviation française aux Forces Armées Marocaines contre le Front Polisario

-   1978 au Zaïre : opération Bonite et Léopard, 600 parachutistes sautent sur Kolwezi

-   1978-1980 au Tchad : opération Tacaud. La France envoie 2000 hommes et des avions Jaguar contre le Frolimat

-   1979-1981 en Centrafrique : opération secrète Caban, puis opération Barracuda, l’Empereur Bokassa est déposé par les parachutistes français

-   1980 en Tunisie : opération Scorpion en soutien au régime tunisien contre une tentative d’insurrection d’anciens partisans de Salah Ben Youssef

Présidence Mitterrand

-   1983/1984 au Tchad : opération Manta, à l’appel du Président Hissen Habré après l’intervention libyenne aux côtés des partisans de Goukoumi Oueddaye, la France mobilise 4000 hommes et déplace un arsenal militaire considérable

-   1986 au Togo : 150 parachutistes et quatre avions Jaguar sont envoyés suite à une tentative de renversement du dictateur GNassinghi Eyadéma

-   1986 Tchad : Opération « Epervier » succède à l’opération Manta

-   1989 aux Comores : opération Oside, quelques 200 soldats français débarquent après l’assassinat du Président comorien Ahmed Abdallah et la prise de contrôle du pays par les mercenaires de Bob Denard, chef de la garde présidentielle

-   1990 au Gabon : opération Requin. Des troupes sont envoyées à Libreville et à Port Gentil en renfort du dispositif militaire français, suite à des émeutes contre le régime d’Omar Bongo

-   1990-1993 au Rwanda : opération Noroit pour stopper le Front Patriotique Rwandais (FPR)

-   1990 /toujours en place en 2016 - Mission Corymbe, dispositif naval mis en place en 1990 par la Marine nationale française : présence permanente minimum d’un bâtiment dans le Golfe de Guinée.

-   1991 au Zaïre : opération Baumier, 1000 soldats sont envoyés à Kinshassa après la manifestation contre Mobutu

-   1991 à Djibouti : opération Godaria, pour renforcer le dispositif militaire djiboutien suite à la chute du régime de Mengistu en Ethiopie

-   1991 au Bénin : opération Vendier 450 hommes sont dépêchés sur l’aéroport de Cotonou censés répondre à une tentative de putsch contre le premier ministre togolais de transition Joseph Kakou Koffigoh

-   1992-1993 en Somalie, opération Oryx sous la direction américaine et puis participation à l’opération Restore Hofre et aux combats de Mogadiscio en 1993 là aussi sous couvert d’humanitaire.

-   1992 à Djibouti : opération dkoutir, sous couvert d’humanitaire, interposition entre la rébellion Afar et les forces militaires du dictateur Hassa Gouled permettant à ce dernier de se réarmer et de faire appel à des mercenaires.

-   1993 au Burundi : opération Yambo de maintien de l’ordre

-   1993 au Zaïre : opération Bajoyer, évacuation de ressortissants français

-   1993 au Rwanda : opération Chimère et Volcan, soutien et formation de l’armée gouvernementale ....

-   1994 au Rwanda : opération Maryllis, évacuation des ressortissants européens alors que commence le génocide des Tutsis. L’arrivée des avions français permet aussi l’approvisionnement en munitions et l’entrainement des forces génocidaires.

-   1994 au Rwanda : opération Turquoise, sous couvert d’opération humanitaire, les forces françaises bloquent la progression du FPR et organisent l’exfiltration des forces génocidaires vers le Zaïre.

-   1994 Yémen : opération Diapason 1 et 2, évacuation des ressortissants occidentaux

-   1994-1995 au Niger : opération Croix du Sud, mission de sécurité dans le cadre des accords de Ouagadougou, contrôle du cessez-le-feu

Présidence Chirac

-   1995 - Aux Comores : opération Azalée 1 et 2, un millier d’hommes des forces spéciales récupèrent Bob Denard et ses mercenaires qui viennent de destituer Saïd Mohamed Djohot

-   1996-2007 au Cameroun : opération Aramis. Présence militaire française dans le cadre du contentieux territorial avec le Nigéria concernant la presqu’ile pétrolière de Bakassi

-   1996 en Centrafrique : opération Almandin 1, l’armée française intervient à Bangui avec 1400 hommes pour une assistance opérationnelle, suite à la mutinerie d’une partie de l’armée centrafricaine. Sur ordre de l’Elysée, les téléphones des leaders de l’opposition sont coupés et c’est un général français sans représentant du gouvernement centrafricain qui négocie avec les mutins.

-   1997 en Centrafrique : opération Almandin 2, après l’assassinat de 2 militaires français, les troupes françaises sont engagées avec 14 unités, soit 8300 hommes, dans une opération de représailles dans les quartiers hostiles qui fera plusieurs dizaines de morts militaires et civils, suscitant des protestations du Premier Ministre de la coalition Lionel Jospin. François Bozisé est rétabli.

-   1997 Congo Brazzaville : opération Pélican déclenchée lorsque les forces de Laurent Désiré Kabila su.... De Kinsaha ...

-   1997 Congo Brazzaville : opération Pélican 2 les ressortissants étrangers sont évacués de Brazzaville en proie à la guerre civile. (Le versant secret des interventions au Congo est abordé plus loin).

-   1997 Sierra Leone : opération Espadon pour évacuer les ressortissants français

-   1998 en Guinée-Bissau : opération Iroko pour sécuriser l’ambassade de France, évacuer des ressortissants pendant la guerre civile, mais surtout prêter main-forte au dictateur déchu Nino Viéra

-   1998 au RDC : opération malachite : mise ne place à Brazzaville d’un dispositif français pour faciliter le départ de 2500 ressortissants étrangers de Kinshasa

-   1998 à Djibouti : opération Khor Angar : renforcement des défenses aériennes et maritimes à Djibouti en raison du conflit entre l’Ethiopie et l’Erythrée

-   1999 en Côte d’Ivoire : l’opération Khaya pour protéger les intérêts de firmes françaises éventuellement menacées par les troubles liés au coup d’Etat du Général Guei

-   2002 en Côte d’Ivoire : opération Licorne pour s’interposer entre les forces rebelles et loyalistes

-   2002 en Centrafrique : opération Boali pour sécuriser les ressortissants et former les forces armées centrafricaines

Présidence Sarkozy

-   2003 en RDC : opération Artémis pour « sécuriser » le processus électoral

-   2008 janvier à 2009 décembre au Tchad et Centrafrique : opération EUFOR-Tchad/RCA - 18 pays d’Europe dépêchent 3700 hommes (dont 1700 Français) pour protéger les réfugiés de la crise du Darfour. Au passage pour sauver Idriss Deby suite à l’avance aux portes de Ndjamna des troupes rebelles

-   2008 à Djibouti : positionnement d’une base logistique de 200 légionnaires à la frontière avec l’Erythrée après la défaite de l’armée djiboutienne

-   2008 dans le Golfe d’Aden : opération Atalante contre la piraterie maritime

-   2011 - Opération Aube de l’Odyssée en Libye défense de la population civile

-   2011 - Opération Licorne en Côte d’Ivoire sous mandat de l’ONU pour le respect du scrutin et sauver les populations civiles - servira de soutien à Alassane Ouattara

Présidence Hollande
-   2012 Attaque de la Libye, opération l’Harmattan pour liquider Mouammar Kadhafi

-   2012 août Opération Sabre : déploiement des soldats du COS (Commandement des Opérations Spéciales) dans le Sahel

-   2013 Intervention au Mali opération Serval « pour sauver les Maliens des islamistes »

-   2013 Novembre Intervention en Centrafrique opération Sangaris « pour sauver les Centrafricains des massacres » 1200 hommes + 600 hommes de la force Bouali

-   2014 Opération Barkhane : positionnement de 3000 soldats dans 5 pays de la région sahélienne : Tchad, Mali, Niger, Mauritanie et Burkina Faso. Elle fusionne avec l’opération Épervier et Sabre « pour une meilleure réactivité face à la menace terroriste »

Les pays où ces interventions ont été les plus nombreuses sont aussi ceux où les conflits armés sont récurrents et toujours d’actualité : 7 au Tchad, 7 au Zaïre-RDC et 6 en Centrafrique. Avons-nous affaire à de fausses solutions ou plutôt à une stratégie stratégie d’installation de chaos permanents ? Quant aux 5 interventions à Djibouti, elles ont eu pour but de maintenir une dictature au pouvoir, qui accueille sur son sol une des bases les plus stratégiques française avec 2800 hommes. Elle n’est pas seule sur ce territoire de superficie double de l’Ile de France puisque les USA ont 4000 GI’S, les Japonais 600 et que les Chinois s’y installent avec 700 hommes. L’Allemagne et l’Italie ont également une présence militaire !

Merci de nous signaler les erreurs ou omissions de ce triste recensement qui, sous de candides appellations, camoufle des jeux guerriers meurtriers et destructeurs de pays dont les riches potentiels sont confisqués au profit de la finance internationale et de potentats locaux corrompus.

Dans la rubrique :
  1. Interventions militaires françaises en Afrique
    1er février 2016