ACCUEILL’Afrique bouge> Madagascar
Dernière mise à jour :
lundi 12 novembre 2018





   
Communiqué de presse de Common, SIF et TANY
« Accaparements des terres à Madagascar : Echos et témoignages du terrain - 2013 »
samedi 16 novembre 2013
Madagascar, pays riche en ressources naturelles et en potentialités pour soutenir son propre développement alors que sa population est l’une des pauvres du monde, se trouve confronté à une forte pression d’accaparements de ses terres par des investisseurs étrangers et nationaux aux dépens des paysans et des communautés locales.

Après la divulgation à travers le monde, fin 2008, du scandaleux projet Daewoo Logistics concocté avec les hauts dirigeants de l’Etat malgache, et le changement de l’équipe au pouvoir début 2009, l’octroi de terres aux investisseurs étrangers n’a pas été remis en question par les autorités de la transition. Alors que les Malgaches ont une tradition culturelle de fort attachement à la terre de leurs ancêtres, la promulgation en janvier 2008 de la loi 2007-036, en particulier, a autorisé la vente de terres aux sociétés à actions majoritairement étrangères qui ont une filiale malgache. La Constitution votée en novembre 2010 stipule dans son article premier que « les modalités et les conditions relatives à la vente de terrain et au bail emphytéotique au profit des étrangers seront déterminées par la loi ». Les communautés impactées par les accaparements disposent de faibles outils légaux auxquels ils peuvent faire appel. La réforme foncière de 2005 a introduit des innovations visant à reconnaître les droits d’occupation et d’usage des populations sur les terres sur les propriétés privées non titrées, mais un vide législatif subsiste particulièrement sur les zones de pâturage de vastes surfaces.

Partout sur l’île, existent des conflits opposant des communautés locales, paysans, éleveurs et pêcheurs, à des sociétés d’investissements dans des secteurs très divers. Les autorités de l’Etat facilitent et soutiennent les investisseurs. L’accès aux terres et leur contrôle changent de main sans que les communautés qui en vivent localement ne puissent empêcher cette tendance.

« Accaparements des terres à Madagascar : Echos et témoignages du terrain - 2013 » relate les impressions et témoignages des personnes directement concernées et des communautés locales victimes des accaparements de terres, suite à une mission sur le terrain diligentée par Giulia Franchi, membre de Re :common lorsqu’elle a appris que le projet de plus vaste surface connue actuellement à Madagascar est le fait de la société italienne Tozzi Green. La mission sur le terrain ainsi que la rédaction du rapport ont été réalisées conjointement par trois organisations de la société civile : l’ONG italienne Re :Common, la plateforme malgache Solidarité des Intervenants sur le Foncier - SIF, et le Collectif pour la Défense des Terres Malgaches - TANY. La lecture du rapport vous amènera dans cinq régions de Madagascar - Ihorombe, Sofia, Alaotra Mangoro, Analanjirofo, Itasy - et vous apprendra les conséquences et impacts de six projets : dans le domaine des agrocarburants, Tozzi Green (Italie) et Delta Petroli (Italie), dans le secteur minier, Ambatovy (Canada/Corée du Sud/Japon) et Mainland Mining (Chine), dans la foresterie, Mada Woodlands (Norvège) et dans l’industrie pharmaceutique, Bionexx (Lybie/France/Madagascar). La mission a aussi passé du temps sur l’île de Nosy Be dans la région Diana - pour évaluer l’impact de l’industrie touristique sur l’accès à la terre de la population locale. Et à la fin du rapport, nous avons inclus des témoignages sur le cas QMM-Rio Tinto (UK/Australie/Canada), dans la région Anosy, avec l’aimable autorisation de leurs auteurs.

Tous les projets inclus dans ce rapport sont le fait d’investisseurs étrangers. Mais nous avons eu l’opportunité de vérifier directement sur le terrain que les investisseurs nationaux sont aussi des acteurs très actifs sur la ruée vers la terre à Madagascar, et que les impacts sur la perte de l’accès et du contrôle des terres et ressources naturelles sur les communautés locales ne diffèrent pas beaucoup de ceux produits par les investisseurs étrangers. Il est remarquable que le phénomène d’accaparements des terres se soit fort bien accommodé de cette période de transition. La quête d’investissements par les autorités centrales après ces 4 années de blocage du pays ne doit pas reléguer au second rang les intérêts de la majorité de la population malgache constituée principalement de petits paysans, éleveurs ou pêcheurs. L’enjeu est vital pour les populations locales dépossédées de leurs terres. Ce rapport vise à soutenir et à relayer leurs luttes.

Le sort de la population rurale malgache doit figurer au cœur de l’agenda des politiques de développement à venir. Les échos et témoignages du terrain montrent les réelles conséquences de plusieurs projets censés apporter le développement à Madagascar ces dernières années. Les dirigeants et décideurs malgaches ne devraient-ils pas désormais se méfier des sirènes des investisseurs sur les terres et plutôt prioriser la sécurité de l’accès des paysans malgaches à la terre, l’amélioration des revenus et de l’alimentation de la majorité des Malgaches dans le cadre d’un développement de l’agriculture familiale dont, d’ailleurs, 2014 sera l’année internationale ?

13 novembre 2013

Association Re :Common, Solidarité des Intervenants sur le Foncier - SIF, Collectif pour la défense des terres malgaches - TANY

Dans la rubrique :
  1. Vient de sortir : "Ho tonga anie ny Fahafahana ! QUE VIENNE LA LIBERTÉ !", de Gisèle RABESAHALA
    27 juillet 2006

  2. 70ème ANNIVERSAIRE DU SYNDICALISME MALGACHE : Colloque syndical international sur "LES DÉFIS DU SYNDICALISME MALGACHE FACE AUX CHANGEMENTS DANS LE MONDE", les 10 et 11 août à Antananarivo
    29 juillet 2006

  3. COLLOQUE INTERNATIONAL DU 70ème ANNIVERSAIRE DU SYNDICALISME MALGACHE : "LES DÉFIS DU SYNDICALISME MALGACHE FACE AUX CHANGEMENTS DANS LE MONDE" (Antananarivo, 10-11 août 2006)
    5 septembre 2006

  4. DECLARATION DE L’AKFM (Parti du Congrès de l’Indépendance de Madagascar) à propos des événements d’avril 2007
    14 mai 2007

  5. DECLARATION COMMUNE DES ORGANISATIONS SYNDICALES MALGACHES sur les dispositions sociales des projets de lois sur les investissements à Madagascar et sur les Zones et Entreprises Franches
    9 juillet 2007

  6. MADAGASCAR : ABSENCE DE DIALOGUE SUR LE PROJET MINIER DE RIO TINTO À TAOLAGNARO (EX-FORT-DAUPHIN)
    9 juillet 2007

  7. DES PEINES CAPITALES ET DES EMPRISONNEMENTS POUR L’EXEMPLE ?
    16 janvier 2008

  8. LIBERTÉ POUR LES PAYSANS MALGACHES D’ANKORONDRANO-ANALAVORY CONDAMNÉS (dont 13 à mort !) POUR AVOIR REFUSÉ DE SE FAIRE "DÉSQUATTERISER" EN AOÛT 2006
    24 juin 2008

  9. PÉTITION "POUR LA LIBÉRATION DES PAYSANS MALGACHES CONDAMNÉS" (Voir plus bas le RAPPEL DES FAITS) / PETITION "FREE THE CONDEMNED MALAGASY PEASANTS" (See below the REMINDER OF THE FACTS)
    3 septembre 2008

  10. Censure sur le crime colonial de 1947 à MADAGASCAR
    26 novembre 2008

  11. Plus de 2000 SIGNATURES ENREGISTREES du monde entier. La campagne pour la libération des paysans continue : Exprimez votre solidarité, SIGNEZ ET FAITES SIGNER ! / MORE THAN 2000 REGISTERED SIGNATURES from all the world. MRS BAKOLALAO RAMANANDRAIBE RANAIVOHARIVONY, MALAGASY MINISTER OF JUSTICE, HAS NOT YET DEIGNED TO ANSWER OUR MAIL OF JULY 4TH, 2008. The campaign goes on : Express your solidarity, SIGN AND MAKE SIGN ! * * * PÉTITION "POUR LA LIBÉRATION DES PAYSANS MALGACHES D’ANKORONDRANO-ANALAVORY CONDAMNÉS" (Voir plus bas le RAPPEL DES FAITS) / PETITION "FREE THE CONDEMNED MALAGASY PEASANTS OF ANKORONDRANO-ANALAVORY" (See below the REMINDER OF THE FACTS)
    18 décembre 2008

  12. LE PEUPLE MALGACHE AU DÉFI DE NOUVELLES FORMES DE NÉOCOLONIALISME AGRAIRE
    26 décembre 2008

  13. MADAGASCAR : L’AFASPA COHÉRENTE ET CONSÉQUENTE
    9 mai 2009

  14. INCENDIE INACCEPTABLE DU SIÈGE DE L’AKFM
    29 décembre 2010

  15. BRADERIE DES TRAVAILLEURS MALGACHES ET DES RICHESSES NATURELLES. L’avenir de Madagascar est en jeu
    22 avril 2011

  16. Madagascar : Gisèle Rabesahala, mère Courage et « Mère de la nation », s’est éteinte à 82 ans à Antananarivo le 27 juin 2011
    29 juin 2011

  17. QUAND LES « COLONS » DICTENT LEURS LOIS !
    12 novembre 2011

  18. MADAGASCAR : DES « INDIGNéS » CONTESTENT LES PRATIQUES POLITIQUES
    22 novembre 2011

  19. Madagascar. Lettre ouverte de la société civile concernant l’exploitation de l’ilménite à Manakara
    31 décembre 2011

  20. Fuites de dioxyde de soufre à l’usine d’Ambatovy
    8 avril 2012

  21. Lettre de l’AKFM (Parti du Congrès de l’Indépendance de Madagascar) à Marius FRANSMAN, Vice-ministre sud-africain des Relations internationales et de la Coopération, Chef de la Délégation de la Troïka de la SADC
    20 août 2012

  22. Le 28 septembre, 19h, à Paris - Projection-Débat : "Madagascar : L’insurrection de l’île rouge"‏
    26 septembre 2012

  23. MADAGASCAR : DES PRÉDATIONS À GRANDE ÉCHELLE DU SOUS-SOL
    29 octobre 2012

  24. Projection du film « Je veux ma part de Terre - Madagascar » de Frédéric Lambolez et Jean-Marie Pernelle, suivie d’un débat sur « Les accaparements de terres à Madagascar et les luttes actuelles »
    11 avril 2013

  25. « Accaparements des terres à Madagascar : Echos et témoignages du terrain - 2013 »
    16 novembre 2013

  26. Invitation à une PROJECTION du documentaire « Je veux ma part de terre. Madagascar » en présence de Perle ZAFINANDRO
    11 avril 2014

  27. 14 JUILLET 2016 : MOBILISATION CONTRE UN PROJET MINIER ET RÉPRESSION à SOAMAHAMANINA (MADAGASCAR)
    17 juillet 2016

  28. SOAMAHAMANINA, MADAGASCAR : MOBILISATION POPULAIRE et ARRESTATION des RESPONSABLES de l’association VONA ce 22 septembre 2016
    23 septembre 2016

  29. APPEL A LIBéRER LES RESPONSABLES DE L’ASSOCIATION VONA qui regroupe les représentants des communautés locales opposées au projet d’exploitation minière à Soamahamanina - Madagascar
    28 septembre 2016

  30. JYUXING MINES « JETTE L’ÉPONGE »... QUI VIVRA VERRA !... EN TOUT CAS, QUID DES MILITANTS INCARCÉRÉS ?...
    10 octobre 2016