ACCUEILL’Afrique bouge> Madagascar
Dernière mise à jour :
jeudi 10 août 2017





   
Madagascar / Résistances des populations
Madagascar. Lettre ouverte de la société civile concernant l’exploitation de l’ilménite à Manakara
samedi 31 décembre 2011

Madagascar. Lettre ouverte de la société civile concernant l’exploitation de l’ilménite à Manakara

Lettre ouverte concernant l’exploitation de l’ilménite à Manakara à Messieurs :
• Andry Rajoelina, président de la HAT (Haute autorité de la Transition)
• Rasoloson Dolin, président du CST (Conseil supérieur de la Transition)
• Rakotoarivelo Mamy, président du CT (Congrès de la Transition)

Pour commencer, nous souhaiterions rappeler que les recherches réalisées par les scientifiques ont montré que le « zirconium » contenu dans l’ « ilménite » ou « fasimainty » contient des éléments toxiques ou « éléments radioactifs ». D’autres recherches ont permis d’apprendre que le zirconium a des conséquences néfastes sur les êtres vivants marins et que les sels minéraux qu’il contient provoquent des réactions cutanées s’ils entrent en contact avec la peau humaine. (ATP energy stress)

Sur le plan de l’environnement et de la santé, cette exploitation d’ilménite constitue un danger pour l’avenir des générations futures. Par conséquent parmi les 1 500 signataires s’opposant à l’exploitation de l’ilménite figurent de nombreux élèves qui ont signé et qui ont remis leur avenir entre les mains des autorités sans distinction.

Deuxième point : il n’y a pas longtemps, Madagascar a commémoré la journée internationale pour la lutte contre la pauvreté et le thème choisi pour l’occasion a été :" ... ny fampandrosoana mifototra amin’ny mahaolona ihany no lazaina ho maharitra" (... Seul un développement qui n’oublie personne est durable).

Toujours sur le plan des droits humains, il est juste que les nombreux paysans qui vivent de l’agriculture et de l’élevage et les populations de plusieurs communes du district de Manakara s’opposent à cette exploitation de l’ilménite car ce sont les droits humains fondamentaux qui ne sont pas respectés si on les enlève des lieux de vie où ils ont vécu jusqu’à présent. Rappelons que la culture des terres pour développer ses moyens de subsistance est un droit fondamental et ne doit pas être négligée. Persister dans cette négligence conduirait à la pauvreté.

L’article 22 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme dit : « Toute personne, en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale ; elle est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité, grâce à l’effort national et à la coopération internationale, compte tenu de l’organisation et des ressources de chaque pays. »

Troisième point, sur le plan des relations sociales, il risque d’y avoir des mécontentements plus tard, alors les dirigeants de l’Etat sont avertis dès maintenant. Les Chinois qui réalisent les explorations sont trop entreprenants et se comportent comme en pays conquis avec les paysans car ils pénètrent sur les terres des gens et montrent la photo d’un dirigeant quand ils s’opposent aux fokonolona. Leurs transactions se déroulent aussi comme des marchandages au marché avec les propriétaires des terres lorsque ces derniers sont obligés d’accepter. Aucun représentant de l’Etat n’aide la commune ni les paysans, c’est plutôt l’épouse d’une autorité locale qui persuade les paysans de louer leurs terres.

Quatrième point, sur le plan de l’éthique et de la communication. Aucun de ces Chinois ne parle une autre langue que le Chinois. Un résident d’origine chinoise qui ne maîtrise pas la langue malgache et qui n’est pas capable d’expliquer les aspects techniques les accompagne : on peut considérer cela comme une ignorance de l’entourage et comme une possibilité pour eux de faire ce qu’ils veulent, quelles que soient les réalités, puisque les interlocuteurs ne se comprennent pas.

Cinquième point, sur le plan social, ils n’embauchent que des « manœuvres » jusqu’à maintenant qui reçoivent un salaire de 4 000 Ariary par jour perçu à la fin de chaque après-midi. Jusqu’à maintenant il n’existe pas de « contrat » et ces travailleurs saisonniers marchent sur 4 kms pour rejoindre le lieu de travail et pour rentrer.

Sixième point, sur le plan de l’économie et du développement. Si l’on s’en tient aux méthodes de travail constatées jusqu’à présent, il n’est pas sûr que cette société Mainland Mining va apporter le développement de Manakara. Aucun responsable de l’Etat n’a encore expliqué les intérêts que l’on aura à exploiter cette ilménite. Ce n’est pas cette société non plus que l’on attend pour redémarrer le port de Manakara qui fait l’objet du discours de tous les politiciens depuis toujours. Des études techniques et budgétaires claires ont déjà été réalisées sur ce sujet, qui attendent la décision de l’Etat car d’autres sources de financement peuvent être exploitées, on n’est pas obligé d’exploiter l’ilménite pour le réaliser. Et les opérateurs économiques et experts locaux sont prêts à apporter leur contribution. Ce ne sont pas seulement les projets d’infrastructures qui apportent le développement ; en plus de l’agriculture, il y a le tourisme et l’apiculture aux normes sur lesquels les opérateurs locaux ont fait un pari qu’ils apporteront de nombreux emplois durables pour les paysans et protègeront l’environnement. L’exploitation de l’ilménite va donc à l’encontre de l’avenir économique du district de Manakara et nous nous y opposons. Le plus étonnant est que la région de Vatovavy Fitovignany n’a pas de plan de développement.

Pour terminer, permettez-moi, Monsieur Le Président de la HAT, de répéter votre dernière déclaration à la télévision à Paris « ..toutes les conditions relatives à la gestion des richesses minières à Madagascar doivent être claires »

En conséquence, Monsieur le Président, je suis certain que l’exploitation de minerais tels que l’ilménite sera considérée comme une affaire d’intérêt public qui nécessitera donc que l’on entende la voix du public (consultation publique) et qu’avant toute prise de décision il y ait une concertation sur les bénéfices et les inconvénients (Etude d’Impact Environnemental) que cette société n’a pas encore réalisée, raison pour laquelle l’ONE a suspendu les recherches et l’extraction effectuées par cette société Mainland Mining (Note n° 901/11/MEF/ONE/DG/DEE.RVA du 2 novembre 2011 et la Fiche de compte-rendu rapide n° 010-11/MEF/SG/DGE/DREF.v7v/SRE du 24 octobre 2011)

SALADY Achille
Société civile Manakara
Manakara, 13/12/2011

(NdlR du webmestre de www.afaspa.com : 1 euro = 2800 Ariary)


Communiqué

Le Collectif pour la défense des terres malgaches - TANY

-  Qui suit attentivement les manifestations et protestations des populations contre les projets d’exploitation de l’ilménite et du zircon sur la côte Est de Madagascar depuis plusieurs mois, (1)

-  Exprime son soutien aux populations des différentes communes de la région Vatovavy-Fitovinany et aux organisations de la société civile qui s’opposent à ce projet, (2)

-  S’inquiète particulièrement pour les risques et dangers au niveau de la santé publique et de l’environnement de l’exploration et de l’exploitation de l’ilménite et du zircon, notamment en raison de la présence d’éléments radioactifs, (3)

-  Proteste énergiquement contre la profanation des tombeaux et l’expulsion des paysans et familles qui vivaient sur les terres intéressant la société Mainland Mining, (4)

-  Demande aux autorités et responsables de procéder à une révision de l’ensemble des textes et procédures de la législation minière, notamment parce que les textes actuels contiennent des incohérences par rapport aux autres lois en vigueur, (5)

-  Réclame aux autorités de prendre une décision ferme sur un arrêt des activités de recherche d’ilménite et de zircon jusqu’à la révision des lois sur les exploitations minières et leur promulgation par des chambres législatives élues incluant des précisions sur le droit du travail et l’arrêt de l’installation de matériel en anticipation d’un accord potentiel futur, (6) (7)

-  Réitère la demande de transparence sur le détail des projets miniers pour que les populations concernées donnent leur avis et pour que tous les citoyens puissent s’exprimer sur l’impact attendu de ces projets sur le développement du pays.

20 décembre 2011.

Collectif pour la défense des terres malgaches - TANY
patrimoinemalgache@gmail.com
http://terresmalgaches.info
http://www.facebook.com/TANYterresmalgaches


(1) Madagascar : la recherche de minerais suscite de nombreuses inquiétudes (Par RFI) http://www.rfi.fr/afrique/20111213-madagascar-recherche-minerais-suscite-nombreuses-inquietudes

Une société minière chinoise a obtenu il y a un an des permis de recherche en vue, à terme, d’extraire de l’ilménite et du zircon. Ces permis concernent une zone de plus d’un million d’hectares le long de la côte sud-est. L’exploitation est pour l’instant interdite et récemment toutes les activités de recherche ont été suspendues par les autorités qui demandent à l’entreprise de suivre scrupuleusement les procédures.

Selon le responsable du ministère des Mines qui a conduit la mission d’inspection ces derniers jours, aucune trace d’exploitation illégale n’a été constatée sur le site proche de la ville de Manakara. Il y a deux semaines, des habitants avaient manifesté pour faire part de leurs inquiétudes face à la présence de la société minière Mainland Mining dont des activités seraient dangereuses pour l’environnement.

La société chinoise est en possession de permis de recherche et a effectué des sondages, elle a surtout entamé l’installation de grandes machines : il s’agit de creuser sur la plage pour qu’ensuite les engins flottent sur l’eau. Ces travaux qui pourraient endommager la côte ont été suspendus par les autorités en attendant que l’étude d’impact environnemental soit effectuée. L’entreprise doit surtout se remettre aux normes sur un autre site, au nord-est de l’île, où de nombreuses entorses au cahier des charges ont été constatées. Les sites endommagés doivent être réhabilités avant que les chantiers du sud-est du pays ne puissent rouvrir.

Sur ce dossier l’Office national de l’environnement est particulièrement vigilant car les permis de recherche portent sur 26 000 carrés miniers qui s’étendent de Vatomandry à Farafangana, c’est-à-dire sur près de 400 kilomètres de côtes.

(2) L’Express de Madagascar, Manakara. Mainland mining doit se régulariser
http://lexpress.haisoft.mg/5086/manakara-madagascar/29662-mainland-mining-doit-se-regulariser.html

Double sanction pour la compagnie minière Mainland mining Sarlu. L’Office national de l’environnement (ONE) refuse de luiaccorder un permis environnemental pour le projet d’exploitation de l’ilménite à Manakara, tant que sa situation dans la région Analanjirofo ne sera pas régularisée. En effet, la direction générale a suspendu le permis environnemental pour l’exploitation à Fénérive-Est, pour non respect des cahiers de charge. Une mesure que la directrice générale, Fang, affirme hériter de la société Mainland mining LTD, à qui a été racheté le projet. « C’est après le rachat que nous avions été au courant du fait que le projet est soumis à des corrections. Nous sommes en train de procéder à la régularisation », a-t-elle indiqué, hier, lors d’un entretien.

Pour le projet d’exploitation à Manakara, un document d’études d’impacts environnementaux (EIE) présenté à l’ONE a été déclaré irrecevable. La direction générale de cet office avance que les procédures n’ont pas été respectées. « En principe, lorsqu’un projet reçoit une autorisation sectorielle, les responsables doivent saisir l’ONE pour informer sur le contour, le calendrier du projet. C’est à partir de ces informations que nous déterminons si les EIE sont obligatoires ou non », explique Jean Chrysostome Rakotoary, directeur général de l’ONE. « Ce n’était pas le cas pour ce projet. Le dossier EIE s’avère insuffisant et irrecevable par rapport aux 26 000 carrés miniers que détient la compagnie », continue-t-il.

Manifestation

Alors que l’octroi de permis environnement n’est pas encore à l’ordre du jour, le chef de région de Vatovavy Fitovinany a ordonné les activités de Mainland mining Sarlu à Manakara, par voie d’arrêté. Cette décision aurait été prise suite à une manifestation populaire tenue, samedi, sur la place de la démocratie. Des habitants de la ville de Manakara ont haussé le ton contre la compagnie, accusée d’avoir commencé l’exploitation avec un permis de recherche et d’avoir nui à l’environnement.

« Les habitants se sont plaints de la mort des poissons et de la disparition des abeilles. L’eau a pris une couleur jaunâtre. De plus, la société procède à l’exploitation alors qu’elle n’a qu’un permis de recherche, d’où la manifestation », déclare un responsable auprès de la commune urbaine de Manakara.

La directrice générale de Mainland mining Sarlu, Fang, a pourtant annoncé que la compagnie n’a entamé aucune activité d’exploitation. Elle a affirmé que les employés n’ont procédé qu’au montage et à l’essai de la première vague d’équipements d’exploitation arrivée récemment sur les lieux. Toujours selon ses dires, il faudrait une année entière pour monter l’ensemble des matériels et que l’exploitation n’est possible pour le moment.

Le ministère des Mines compte dépêcher une équipe sur les lieux pour constater s’il y a infraction. Dans ce cas, des procédures pénales et des sanctions prévues dans le code minier pourront être initiées.

(Lantoniaina Razafindramiadana, Jeudi 01 decembre 2011)

(3) La Vérité, Région Vatovavy-Fitovinany - Grave péril écologique à Manakara (Écrit par France Rakotoarison - Vendredi, 25 Novembre 2011 00:30)
http://www.laverite.mg/index.php/quotidien-a-madagascar/30181-region-vatovavy-fitovinany-grave-peril-ecologique-a-manakara

C’est après une incursion discrète en ville de ressortissants chinois, et seulement en début octobre, quand fut brièvement présentée dans leur langue, avec traduction très approximative, l’annonce de la mise en exploitation de l’ilménite par la société chinoise Mainland Ltd - tristement célèbre à Fénérive Est pour ses manquements à ses obligations en matière de protection de l’environnement - que la Ville de Manakara apprenait qu’elle devrait désormais supporter tous les risques de vivre à proximité immédiate de matières hautement radioactives et de volumes conséquents d’acide sulfuriques. Déjà lors de cette présentation, le Pds de la Ville, Alban Sileny, se serait opposé à ce projet mais finalement, sur l’insistance de sa hiérarchie, il se serait incliné et aurait déclaré « s’en laver les mains » non sans avoir prévenu ses administrés des risques encourus.

Il faut savoir que, sans les garde-fous imposés par l’Office national pour l’environnement (One), l’exploitation de l’ilménite est extrêmement dangereuse. La séparation des matières recherchées se fait à l’aide d’acide sulfurique, imposant normalement des procédures strictes en matière d’étanchéité de la zone de travail et de protection des nappes phréatiques. La concentration de zircon séparé, hautement radioactif, oblige un stockage protégé en aluminium et un temps de stationnement réduit dans des lieux de stockage adaptés. Par ailleurs, un tel programme d’exploitation se doit d’être accompagné d’un plan de reboisement et de réaménagement environnemental après exploitation, lequel doit bien évidemment être clairement défini avant même la mise en exploitation.

Or, de tous ces aspects, aucun n’a clairement été traité ni présenté à la population environnante, pour le simple respect de celle-ci, et avant une mise en exploitation déjà effective. Installés discrètement en ville, les opérateurs se sont mis au travail et pratiqueraient même, selon nos informateurs, sous une forme de pression par intimidation des petits propriétaires fonciers du littoral, afin d’acquérir, à bas prix, des lots de terrains. Les premières installations (...) ont déjà vu le jour et, à l’évidence ne respectent ni la moindre règle de sécurité, et souvent encore moins les bornages fonciers.

Non-respect des cahiers des charges environnemental

Des infrastructures à fonctionnement dangereux (spirale de Humphrey) sont posées sans les bacs de rétention nécessaires en cas de fuite, à proximité des cours d’eau et d’habitations, en dehors du respect des normes de distance imposées par l’One. Les berges sableuses ne sont pas protégées de l’érosion. Des stockages de zirconium sont effectués sans protection aucune, et les délais d’entreposage dépassent largement la norme en vigueur imposée par l’One.

Par ailleurs, il apparaît qu’avant même le lancement de l’exploitation, le même One avait, dès septembre, suspendu l’exploitation de l’ilménite à Manakara, justement en raison du non-respect (ou absence) d’un cahier des charges environnemental.

La population est, à juste titre, très inquiète. Le risque de pollution de la nappe phréatique et celui radioactif sont parfaitement justifiés. Dans le cadre d’une exploitation bien agencée, ceux-ci restent bien présents, mais ils deviennent certains lorsque la société d’exploitation ne prend aucune mesure préliminaire de prévention et reste totalement étrangère au respect d’une terre pour laquelle elle ne vient que pour soutirer un bénéfice financier immédiat.

De même, quelques résidents privilégiés et opérateurs y voient là un moyen de s’enrichir à court terme, mais ici encore, au détriment de la qualité de l’héritage laissé aux générations présentes et futures. Selon nos sources sur place, face au risque de détérioration de la paix civile qui se développe à grande vitesse en ville, une intervention militaire sécuriserait le site et les opérateurs étrangers auraient subrepticement disparu.

Quid du rôle de l’Armée ?

Il apparaît néanmoins que la société Mainland Ltd n’aurait pas agit jusqu’à ce jour en totale illégalité compte tenu d’un arrêté N°023/2011 émis en juillet de cette année par le Chef de Région, autorisant ladite société à effectuer des travaux de prospection et d’étude environnementale. Cependant, au vu des installations faites, des déversements et stockages sauvages entrepris, des excavations multiples et justement du peu de respect dudit environnement, on ne peut que se poser la question sur la stricte application de cet arrêté.

De même, nous avons confirmation ce jour que l’Armée entoure désormais les infrastructures et que les opérations se poursuivent sous sa propre garde. A l’évidence, une polémique profonde, interne à la ville, s’est mise en place et fait prévoir de violents conflits d’intérêts à venir, compte tenu des agissements contraires au bien-être de la population et de son cadre de vie, tant de la part de certains opérateurs, que de celle des membres de l’Administration, peu regardants de l’intérêt général dont ils sont, par principe, les garants. Face à cela, il faut s’interroger sur le rôle que joue l’Armée, ces dernières heures, dans la Ville de Manakara où la colère gronde.

(France Rakotoarison)

(4) La Vérité, Mainland Ltd - Persona non grata à Manakara (Écrit par C.R, Lundi, 28 Novembre 2011 00:11)
http://www.laverite.mg/index.php/quotidien-a-madagascar/30233-mainland-ltd-persona-non-grata-a-manakara

Samedi dernier, la Ville de Manakara a été le théâtre d’une manifestation contre l’exploitation d’ilménite par la société chinoise Mainland Ltd. La population locale a non seulement été inquiète par l’impact environnemental de l’exploitation mais également par la profanation des tombeaux née des travaux. Toutes les Communes rurales environnantes, entre autres Tatao, Ambila, Marofarihy, Mangatsiotra, ont été représentées lors de la grande manifestation, outre les nombreux habitants de la capitale de la Région Vatovavy-Fitovinany qui ont exprimé leur colère. Cela a également été une occasion pour attirer l’attention des autorités compétentes au niveau central.

La détresse de la population est sans limite actuellement. La majeure partie de la population locale ne se rend peut-être pas compte de la catastrophe écologique qui guette l’avenir de la ville en particulier et de la Grande Ile en général, leur frustration s’explique par le fait que bon nombre de Communes environnantes sont touchées par les travaux d’exploitation.

Des tombeaux ont été profanés suite aux travaux de sondage, ces Chinois refusent de respecter les us et coutumes de la Région.

Côté environnemental, faut-il rappeler qu’une incursion discrète en ville de ressortissants chinois, l’annonce de la mise en exploitation de l’ilménite par la société chinoise Mainland Ltd - tristement célèbre à Fénérive-Est pour ses manquements à ses obligations en matière de protection de l’environnement - a fait l’effet d’une bombe dans la Ville de Manakara qui devrait supporter tous les risques de vivre à proximité immédiate de matières hautement radioactives et de volumes conséquents d’acide sulfuriques.

Exploitation extrêmement dangereuse

Il faut savoir que, sans les garde-fous imposés par l’Office national pour l’environnement (One), l’exploitation de l’ilménite est extrêmement dangereuse. [...]

(Corinne R.)

(5) Loi n° 2005-021 portant modification de certaines dispositions de la Loi n°99-022 du 19 août 1999 portant Code Minier :
http://www.droit-afrique.com/images/textes/Madagascar/Mada%20-%20Modifs%20code%20minier.pdf

(6) La Gazette de la Grande Ile, Ilménite à Manakara : Deux études d’impacts sont au moins nécessaires (Mercredi, 14 Décembre 2011, 07:35)
http://www.lagazette-dgi.com/index.php ?option=com_content&view=article&id=18061 :ilmenite-a-manakara-deux-etudes-dimpacts-sont-au-moins-necessaires&catid=45 :newsflash&Itemid=58

Même en phase de recherche, un projet minier de l’envergure de celui de l’entreprise chinoise Mainland doit effectuer une Etude d’impact environnemental (EIE). C’est ce qui est stipulé par les textes en vigueur. Le DG de l’ONE l’a rappelé hier en marge de la présentation du guide pour l’EIE dans le secteur des agrocarburants. Seulement, Mainland n’a pas effectué une EIE avant d’entamer cette phase de recherche. Il faut d’ailleurs rappeler qu’après avoir obtenu un permis de recherche délivré par le ministère des Mines, elle a immédiatement installé des matériels d’exploitation.

C’est une autre infraction à la loi parce qu’il faut, entre autres, définir les surfaces à exploiter, les matériels et infrastructures à installer ou à construire, etc. Tous ces préalables n’ont pas été respectés. Avant de démarrer l’exploitation proprement dite, la compagnie doit aussi procéder à une nouvelle EIE. D’après le DG de l’ONE, il faut que cette compagnie travaille d’abord dans un cadre clair. Pour l’heure, l’on ne sait si avec ses plus de 20 000 carreaux miniers, elle va évoluer dans le cadre de la Loi sur les grands investissements miniers (LGIM) ou non. Rien n’est clair non plus quant à son calendrier de travail et au niveau de ses investissements.

Puis, la compagnie aurait dû porter son projet à la connaissance du public, comme cela a été le cas avec le projet du consortium chinois Wisco pour la future exploitation des gisements de fer de Soalala, le projet Ambatovy et QMM à Fort-Dauphin. En principe, Mainland doit être sanctionnée pour avoir enfreint à la loi malagasy. Ce n’est pas le cas pour le moment. Mais si elle n’est pas sanctionnée, elle risque quand même d’avoir d’importants problèmes avec les communautés locales.

Rappelons que même avec des multiples consultations du public et des structures pour gérer les éventuels conflits au niveau local, certaines compagnies en règle vis-à-vis des textes perdent parfois des millions de dollars pour aplanir des litiges avec les communautés locales. Des sources sûres avancent qu’un jeune milliardaire malagasy proche du pouvoir actuel est partenaire de Mainland. C’est ce qui explique l’espace de non-droit dans lequel cette compagnie chinoise s’enfonce. Une situation qui commencerait à lui coûter cher parce que des escrocs en profiteraient pour soutirer de l’argent à cette compagnie, pour soi-disant l’aider à résoudre ses problèmes.

Fanjanarivo

(7) La Vérité, Exploitation d’Ilménite et de Zircon - Une inspection du ministère des Mines, à Manakara Écrit par Sylvia Rafanomadio, Lundi, 12 Décembre 2011 00:30
http://www.laverite.mg/index.php/societe-a-madagascar/30434-exploitation-dilmenite-et-de-zircon-une-inspection-du-ministere-des-mines-a-manakara

La semaine dernière, une délégation composée de techniciens venant du ministère des Mines, de la Direction régionale de l’Eau à Fianarantsoa, et autres a procédé à une visite inopinée dans le District de Manakara, ayant pour objet d’inspecter les procédures d’exploitation d’Ilménite et de Zircon réalisées par la société Mainland Limited.

Mercredi dernier, des techniciens du ministère des Mines ainsi que les représentants des Directions de l’Eau, l’Environnement ont effectué des descentes sur terrain dans les sites d’intervention de cette entreprise chinoise. Ainsi, il a été constaté que le site implanté dans le Fokontany d’Anosy est celui qui sert actuellement de stockage des matériels et de créations des engins. Le 2e site, qui se situe à Analambe, est consacré à la réalisation des travaux. Suite à l’examen réalisé par les techniciens, les autorités, la population de Manakara, et même de toute la Région Vatovavy-Fitovinany ont eu droit à une réponse purement technique. D’après les constatations, les travaux sont encore dans la phase de recherche. Dans cette étape, la société est en pleine installation des engins, et procède au sondage ou à la prospection. C’est ainsi que la société Mainland a effectué des essais qui ont permis d’obtenir des échantillons d’Ilménite. Suite à la contestation de la population face à l’existence d’une crevasse dans le site d’exploitation, les représentants du ministère des Mines ont apporté de plus amples explications des procédures face aux médias.

Suspension des travaux

A noter que tous les ministères concernés ont été représentés pendant cette visite d’inspection. D’après le Directeur régional de l’Environnement et des Forêts, ou Dref, de Vatovavy-Fitovinany, cette société Mainland n’a pas suivi le cahier des charges et ses dirigeants ont omis de déposer une demande de permis environnemental. Ainsi, pour que la société soit aux normes, elle devra déposer un permis environnemental avant la poursuite de ses activités qui sont, de ce fait, suspendues. Cette décision est effective pour les activités dans la Région Vatovavy-Fitovinany, mais également à Analanjirofo.

Manque de communication

Les polémiques continuent encore à Manakara sur l’exploitation d’Ilménite. A leur arrivée dans la localité, les dirigeants de la société Mainland ont pêché par une mauvaise approche. « Pas une seule fois depuis leur arrivée, les dirigeants de cette société ne sont venus effectuer une visite de courtoisie », a annoncé le Pds de Manakara. « Je ne suis pas contre le développement que cela apporte à ma ville, mais je souhaiterais que quelqu’un s’engage à garantir qu’il n’y aura pas le moindre impact social pendant la réalisation de travaux », a-t-il poursuivi. Outre la visite de courtoisie omise par les responsables de cette entreprise, ils ont également minimisé certaines traditions pourtant très importantes pour la population. Pour les aspects jugés plus positifs de cette exploitation, il est déclaré entre autres que l’implantation de cette société permet le développement du District en particulier mais également de la Région toute entière. A part la réhabilitation du Port de Manakara, les activités offriront des emplois à la population locale. En outre, grâce à cette opportunité, les sociétés ayant auparavant fermé leurs portes, pourront à nouveau être opérationnelles car ce port est unique dans l’ex-Province de Fianarantsoa. Par ailleurs, la société Mainland Limited va contribuer à la construction d’Ecoles, de centres de santé.

(Recueillis par Sylvia Rafanomadio)


Dans la rubrique :
  1. Vient de sortir : "Ho tonga anie ny Fahafahana ! QUE VIENNE LA LIBERTÉ !", de Gisèle RABESAHALA
    27 juillet 2006

  2. 70ème ANNIVERSAIRE DU SYNDICALISME MALGACHE : Colloque syndical international sur "LES DÉFIS DU SYNDICALISME MALGACHE FACE AUX CHANGEMENTS DANS LE MONDE", les 10 et 11 août à Antananarivo
    29 juillet 2006

  3. COLLOQUE INTERNATIONAL DU 70ème ANNIVERSAIRE DU SYNDICALISME MALGACHE : "LES DÉFIS DU SYNDICALISME MALGACHE FACE AUX CHANGEMENTS DANS LE MONDE" (Antananarivo, 10-11 août 2006)
    5 septembre 2006

  4. DECLARATION DE L’AKFM (Parti du Congrès de l’Indépendance de Madagascar) à propos des événements d’avril 2007
    14 mai 2007

  5. DECLARATION COMMUNE DES ORGANISATIONS SYNDICALES MALGACHES sur les dispositions sociales des projets de lois sur les investissements à Madagascar et sur les Zones et Entreprises Franches
    9 juillet 2007

  6. MADAGASCAR : ABSENCE DE DIALOGUE SUR LE PROJET MINIER DE RIO TINTO À TAOLAGNARO (EX-FORT-DAUPHIN)
    9 juillet 2007

  7. DES PEINES CAPITALES ET DES EMPRISONNEMENTS POUR L’EXEMPLE ?
    16 janvier 2008

  8. LIBERTÉ POUR LES PAYSANS MALGACHES D’ANKORONDRANO-ANALAVORY CONDAMNÉS (dont 13 à mort !) POUR AVOIR REFUSÉ DE SE FAIRE "DÉSQUATTERISER" EN AOÛT 2006
    24 juin 2008

  9. PÉTITION "POUR LA LIBÉRATION DES PAYSANS MALGACHES CONDAMNÉS" (Voir plus bas le RAPPEL DES FAITS) / PETITION "FREE THE CONDEMNED MALAGASY PEASANTS" (See below the REMINDER OF THE FACTS)
    3 septembre 2008

  10. Censure sur le crime colonial de 1947 à MADAGASCAR
    26 novembre 2008

  11. Plus de 2000 SIGNATURES ENREGISTREES du monde entier. La campagne pour la libération des paysans continue : Exprimez votre solidarité, SIGNEZ ET FAITES SIGNER ! / MORE THAN 2000 REGISTERED SIGNATURES from all the world. MRS BAKOLALAO RAMANANDRAIBE RANAIVOHARIVONY, MALAGASY MINISTER OF JUSTICE, HAS NOT YET DEIGNED TO ANSWER OUR MAIL OF JULY 4TH, 2008. The campaign goes on : Express your solidarity, SIGN AND MAKE SIGN ! * * * PÉTITION "POUR LA LIBÉRATION DES PAYSANS MALGACHES D’ANKORONDRANO-ANALAVORY CONDAMNÉS" (Voir plus bas le RAPPEL DES FAITS) / PETITION "FREE THE CONDEMNED MALAGASY PEASANTS OF ANKORONDRANO-ANALAVORY" (See below the REMINDER OF THE FACTS)
    18 décembre 2008

  12. LE PEUPLE MALGACHE AU DÉFI DE NOUVELLES FORMES DE NÉOCOLONIALISME AGRAIRE
    26 décembre 2008

  13. MADAGASCAR : L’AFASPA COHÉRENTE ET CONSÉQUENTE
    9 mai 2009

  14. INCENDIE INACCEPTABLE DU SIÈGE DE L’AKFM
    29 décembre 2010

  15. BRADERIE DES TRAVAILLEURS MALGACHES ET DES RICHESSES NATURELLES. L’avenir de Madagascar est en jeu
    22 avril 2011

  16. Madagascar : Gisèle Rabesahala, mère Courage et « Mère de la nation », s’est éteinte à 82 ans à Antananarivo le 27 juin 2011
    29 juin 2011

  17. QUAND LES « COLONS » DICTENT LEURS LOIS !
    12 novembre 2011

  18. MADAGASCAR : DES « INDIGNéS » CONTESTENT LES PRATIQUES POLITIQUES
    22 novembre 2011

  19. Madagascar. Lettre ouverte de la société civile concernant l’exploitation de l’ilménite à Manakara
    31 décembre 2011

  20. Fuites de dioxyde de soufre à l’usine d’Ambatovy
    8 avril 2012

  21. Lettre de l’AKFM (Parti du Congrès de l’Indépendance de Madagascar) à Marius FRANSMAN, Vice-ministre sud-africain des Relations internationales et de la Coopération, Chef de la Délégation de la Troïka de la SADC
    20 août 2012

  22. Le 28 septembre, 19h, à Paris - Projection-Débat : "Madagascar : L’insurrection de l’île rouge"‏
    26 septembre 2012

  23. MADAGASCAR : DES PRÉDATIONS À GRANDE ÉCHELLE DU SOUS-SOL
    29 octobre 2012

  24. Projection du film « Je veux ma part de Terre - Madagascar » de Frédéric Lambolez et Jean-Marie Pernelle, suivie d’un débat sur « Les accaparements de terres à Madagascar et les luttes actuelles »
    11 avril 2013

  25. « Accaparements des terres à Madagascar : Echos et témoignages du terrain - 2013 »
    16 novembre 2013

  26. Invitation à une PROJECTION du documentaire « Je veux ma part de terre. Madagascar » en présence de Perle ZAFINANDRO
    11 avril 2014

  27. 14 JUILLET 2016 : MOBILISATION CONTRE UN PROJET MINIER ET RÉPRESSION à SOAMAHAMANINA (MADAGASCAR)
    17 juillet 2016

  28. SOAMAHAMANINA, MADAGASCAR : MOBILISATION POPULAIRE et ARRESTATION des RESPONSABLES de l’association VONA ce 22 septembre 2016
    23 septembre 2016

  29. APPEL A LIBéRER LES RESPONSABLES DE L’ASSOCIATION VONA qui regroupe les représentants des communautés locales opposées au projet d’exploitation minière à Soamahamanina - Madagascar
    28 septembre 2016

  30. JYUXING MINES « JETTE L’ÉPONGE »... QUI VIVRA VERRA !... EN TOUT CAS, QUID DES MILITANTS INCARCÉRÉS ?...
    10 octobre 2016