ACCUEILL’Afrique bouge> Mali
Dernière mise à jour :
jeudi 10 août 2017





   
Un recul de plus de 50 ans pour les droits humains au Mali
jeudi 29 décembre 2011
L’Assemblée Nationale malienne a adopté le 2 décembre 2011, sous la pression des islamistes, un Code de la famille dans lequel des articles importants concernant les droits des femmes et des enfants ont été supprimés. Ce nouveau code a été condamné par un collectif d’organisations de la société civile malienne dont l’association malienne des droits de l’homme.

Un premier Code des personnes et de la famille avait été adopté par les députés maliens en août 2009. Il faisait suite à la ratification par le Mali du Protocole des Droits des Femmes en Afrique le 3 février 2005, et avait fait l’objet de longues années de réflexion et de concertation entre les différents acteurs de la société malienne. Sans consacrer l’égalité des sexes, il contenait d’importantes avancées pour les femmes. Suite aux manifestations des forces les plus conservatrices le président Amadou Toumani Touré a décidé de ne pas le promulguer, le renvoyant en deuxième lecture devant les députés qui n’ont tenu compte d’aucune observation des défenseurs des droits de l’homme, mais ont suivi les exigeances des intégristes.

Ainsi l’âge du mariage, qui était de 18 ans pour les deux sexes, est fixé à 18 ans pour l’homme et à 16 ans pour la femme. La légalisation du mariage religieux qui était jusque-là une formalité coutumière, satisfait les ultra concervateurs, mais indigne Fatoumata Ciré Diakité, une ancienne diplomate qui milite pour la cause des femmes à Bamako : « Dans plusieurs localités du Mali, des jeunes filles mariées à l’âge de 12, 13 ou 14 ans tombent malades parce qu’elles ne peuvent pas supporter les assauts (nuptiaux) de l’homme. C’est dire que cette loi ne fera qu’aggraver cette pratique ». La légalisation du mariage religieux évite le passage à la mairie où le couple peut s’engager au mariage monogamique.

Autres changements importants qui vont à l’encontre du principe d’égalité des sexes : La garde des enfants et l’héritage. « Le nouveau code indique que le conjoint survivant a, jusqu’au partage de la succession, un droit d’occupation sur l’immeuble qui lui servait d’habitation, mais il ne précise pas les catégories de gens ayant droit au partage de l’héritage. De ce fait, si le défunt n’a pas fait un testament, ses biens seront partagés en tenant compte du droit positif et des règles coutumières ou religieuses » souligne Ciré Diakité, citant les cas des jeunes veuves chassées qui refusent le lévirat. « Leurs enfants étant jeunes, ils sont confiés à la famille du défunt. Les enfants n’appartiennent pas à la femme. »

Les organisations ne désarment pas et vont mener des actions pour préserver les droits des femmes et des enfants.

On peut s’interroger sur le double langage des Etats qui ratifient d’une main les conventions internationales pour se glorifier sur la scène mondiale et reviennent en arrière ensuite dans leur législation nationale. Cela s’appelle de la pure hypocrisie et un manque de courage politique, car donner sans cesse des gages au fondamentalisme n’est pas une façon de lutter contre l’islamisme qui ruine les société musulmanes en instrumentalisant la religion.