ACCUEILL’Afrique bouge> Tunisie
Dernière mise à jour :
mercredi 11 octobre 2017





   
Tentatives de couper les ailes de la Révolution tunisienne
ou : comment faire du neuf avec les vieux habits de Ben Ali
dimanche 3 avril 2011
On se souvient comment les manifestants n’ont pas relâché leur pression tant que des hommes ayant participé au régime de Ben Ali n’ont pas été éliminés des nouvelles instances politiques. C’était la première étape de la révolution. Aujourd’hui nous assistons à la seconde, celle où les hypocrites de la classe politique et financière occidentale (qui applaudissent au changement du bout des doigts après tant d’années passées à féliciter le dictateur), tentent de remettre en scelle des gens qui ne risquent pas de pousser trop loin les velléités populaires avec l’aide de « l’élite locale » intéressée à l’Affaire. Alors que le « patron » et ses « sbires » ont été écartés, voilà que les « sous-fifres » réapparaissent à leurs postes ou participent à une séance de chaises musicales à même à jouer la même scène où le peuple tunisien tient un rôle qu’il a rejeté : celui de l’oppressé privé du droit au travail, à l’expression, au logement, à un avenir décent, au bénéfice des richesses de son pays. Et voilà que les mauvaises habitudes reviennent sans complexe : répression des manifestations pacifiques, arrestations, tortures, impunité pour les crimes et le pillage de la nation ... Des voix s’élèvent que nous recevons et auxquelles nous donnons écho car ce n’est pas la télévision française, les radios et la grande presse qui s’en fera le relai.

Le cri de Fatma BOUAMAIED KSILA

Arrêtez d’insulter notre intelligence !

Il se passe des choses dans les sphères décisionnelles de la nouvelle Tunisie du 14 janvier , des choses qui laissent tout tunisien dubitatif quant aux décisions, résolutions et nominations prises et déclarées ces derniers temps..... Et ce doute se transforme en crainte devant tant d’indices qui traduisent d’une part une volonté nostalgique de l’ère benaliste et d’autre une incapacité réelle à répondre aux attentes légitimes de notre révolution dans cette phase décisive que vit notre peuple.

Comment ne pas craindre l’avenir quand nos décideurs à savoir le gouvernement provisoire actuel et ses proches collaborateurs, choisissent la petite politique devant les exigences extraordinaires qu’impose la révolution ! C’est le cas lors de la vague de nominations des délégués dans les différentes régions de la Tunisie, lorsqu’ils se sont contentés du maintien dans leurs fonctions de la majorité des anciens délégués benalistes en les confirmant dans leurs postes actuels ou en les déplaçant vers d’autres lieux.... Notre Tunisie profonde gorge pourtant de compétences dans tous les domaines, des jeunes et moins jeunes diplômés qui ne demandent qu’à servir leur pays....Le même esprit a conduit d’autres nominations enregistrées dans les domaines de la sécurité et la justice, en faisant toujours appels aux Hommes de Ben Ali....Ignorent-ils que leurs prédécesseurs ont été déchus de leur fonction pour, entre autres une telle politique !

Et l’insulte continue encore lorsque ces Hommes décident de remplacer le Conseil National de protection de la Révolution, alors qu’un consensus national a été assuré autour de cette instance, pour une Haute Commission, dont les membres ont été désignés sans la moindre concertation .... Et dieu seul sait sur quelles bases et selon quels critères ces choix de personnes ont été faits !!

Ainsi quelques Hommes, qu’un concours de circonstances a mis sur la route de la nouvelle Tunisie décident d’être les portes-paroles de la révolution et d’agir comme si le pays leurs appartient et agissent en conséquence ! Le sang de nos enfants n’a pas coulé pour cette petite politique.

Personnellement j’avais des craintes et en suivant les différentes réactions des uns et des autres, dans différents espaces d’échanges qui ont tous tiré la sonnette d’alarme quant à l’avenir de notre révolution, mon inquiétude s’est renforcée.

Tout d’abord, pour le rôle extraordinaire que jouent des Hommes d’ombre qui mènent la barque d’une main de maître comme ils l’ont fait les six premières années du règne de Ben Ali, lorsqu’ils étaient aux commandes du pays à faire et à défaire les gouvernements du dictateur et l’ont épaulé dans les années noires de la Tunisie . Ces Hommes, sont non seulement de retour, mais agissent comme jadis en seuls chefs des lieux.

Serait-il, par conséquent un hasard si leur retour coincide avec le départ du juge Rajhi du Ministère de l’Intérieur et les zones d’ombre qui ont carctérisé cette affaire ! Et le retour galopant des arrestations arbitraires qui touchent nos jeunes révolutionnaires ( et personne d’autres) et de la pratique de la torture dans les différents postes de police ! Sans parler des anciens mercenaires de Ben Ali qui ont été appelés à occuper des postes clés dans les différents domaines de la vie politique et notamment la presse, l’appareil judiciaire et l’administration tunisienne......

Un autre problème s’impose et qui consiste en ces Hommes de savoir auxquels Ben Ali a fait appel, un jour avant son départ, des compétences et des valeurs sûres pour le pays.... Seulement ont-ils jamais été des Hommes politiques, ont-ils de près ou de loin la moindre expérience de l’appareil politique et de ses rouages.... Autrement dit sauront-ils faire face à cette situation inédite que traverse notre pays.... Jusqu’à maintenant les réponses ne sont pas au RDV.

Cet handicap se manifeste dans le rapport établi avec la jeunesse révolutionnaire de la Kasbah, avec qui un seul langage a été établi, celui de la matraque et de la répression, tournant le dos à cette profonde aspiration populaire à un changement radical dans la pensée politique et les méthodes entreprises jusqu’à aujourd’hui. Il est évident que le manque et même l’absence de confiance exprimée par la jeunesse tunisienne ne sont pas fortuits et résultent d ’un constat véridique partagé par un grand nombre d’Hommes et de Femmes de la société civile tunisienne....

Et c’est la raison pour laquelle nous disons : Non et mille fois non, notre liberté, chèrement acquise, est trop précieuse pour les regarder sacrifier notre révolution sans rien faire !

Paris, le : 30 Mars 2011

Documents joints à cet article :
Dans la rubrique :
  1. TUNISIE : la police s’en prend aux avocats
    12 mai 2006

  2. Harcèlement policier sur la famille de "l’avocat de la liberté" emprisonné par le Président Benali
    29 octobre 2006

  3. Un ancien diplomate tunisien sera jugé pour torture en France
    23 février 2007

  4. TROIS ENSEIGNANTS TUNISIENS CONTRAINTS A LA GREVE DE LA FAIM
    19 décembre 2007

  5. Un étudiant assassiné par la police tunisienne
    5 février 2008

  6. Le dictateur Benali fête à sa façon la Journée Intenantionale des Femmes
    8 mars 2008

  7. SARKOZY TRESSE DES LAURIERS A BEN ALI
    29 avril 2008

  8. Les forces de l’ordre tirent sur les manifestants à Redeyef : un mort et plusieurs blessés
    5 juin 2008

  9. SOLIDARITE AVEC LES POPULATIONS DU BASSIN MINIER DE REDEYEF -GASFA
    1er décembre 2008

  10. Ben Ali : Droits de l’Homme, connaît pas !
    2 juin 2009

  11. MOBILISATION POUR LA LIBERATION DES PRISONNIERS DU BASSIN MINIER DE GAFSA
    3 octobre 2009

  12. Taoufik Ben Brik : une affaire d’Etat et non de Justice
    31 janvier 2010

  13. Répression en cascade en Tunisie
    27 novembre 2010

  14. DECEMBRE ROUGE EN TUNISIE
    1er janvier 2011

  15. JOURNEE INTERNATIONALE DE SOLIDARITE AVEC LES LUTTES DU PEUPLE TUNISIEN
    5 janvier 2011

  16. DECLARATION COMMUNE DES PARTIS ET MOUVEMENTS D’OPPOSITION TUNISIEN
    11 janvier 2011

  17. S’opposer à la répression des luttes et développer des solidarités actives
    12 janvier 2011

  18. LES TUNISIENS DISENT "NON à un régime Ben Ali light"
    16 janvier 2011

  19. COMPRENDRE ET SOUTENIR LA REVOLUTION TUNISIENNE
    2 février 2011

  20. Tentatives de couper les ailes de la Révolution tunisienne
    3 avril 2011

  21. Solidarité avec les universitaires et chercheurs de l’Université de La Manouba
    27 décembre 2011

  22. SOS Tunisie : les libertés menacées !
    27 janvier 2012

  23. Terreur salafiste à la Manouba
    9 mars 2012

  24. Rassemblement de Solidarité avec l’UGTT et de soutien à la Grève Générale
    12 décembre 2012

  25. Assassinat de Chokri Belaïd
    6 février 2013

  26. MENACES SUR LES ÉLECTIONS TUNISIENNES
    20 octobre 2014

  27. Journaliste et blogueur poursuivis sur la base de la loi antiterroristes
    10 août 2015

  28. APPEL de la Coordination des Assises de l’Immigration Tunisienne à l’Etranger
    11 août 2015