ACCUEILL’Afrique bougeCôte d’Ivoire
Dernière mise à jour :
mercredi 11 octobre 2017





   
Des partis progressistes de 12 pays africains lancent un appel
CONTRE TOUTE INTERVENTION MILITAIRE EN CÔTE D’IVOIRE
samedi 1er janvier 2011
Opposants à Houphouët puis, à la mort de ce dernier, à son dauphin Bédié (l’initiateur de la politique "d’ivoirité"), Gbagbo et son FPI (Front patriotique ivoirien) sont arrivés formellement par des élections au pouvoir en 2000, élections controversées certes parce qu’ayant exclu Alassane Ouattara. C’est cette défaite de la vitrine néocoloniale houphouëtiste que la guerre civile, arrivée par le Nord et attisée par la Françafrique, a essayé d’enrayer depuis 2002... mais sans succès. La crise post-électorale actuelle procède des irrégularités multiples et graves que les deux camps opposés au deuxième tour de la présidentielle ont chacun commis et que l’impérialisme, "pompier-pyromane", veut instrumentaliser pour chasser (éventuellement par la force) Gbagbo, incontrôlable serviteur (à qui un Bolloré doit l’attribution du port d’Abidjan !), et introniser l’ultra-libéral Ouattara, qui a été économiste et DG-adjoint du FMI après avoir fait ses preuves comme premier ministre de la "rigueur" pour Houphouët en 1980... C’EST CETTE REGLE DU JEU FAUSSEE QUE DENONCENT LES PROGRESSISTES AFRICAINS EN S’OPPOSANT A UNE INTERVENTION MILITAIRE ETRANGERE EN CÔTE D’IVOIRE.

PAS D’INTERVENTION MILITAIRE ETRANGERE : NI DE LA CEDEAO, NI DE L’ONU, NI DE LA FRANCE !

TROUPES ETRANGERES HORS DE LA CÔTE D’IVOIRE !

UNITE ET SOLUTION NATIONALE IVOIRIENNE SOUVERAINE, DEMOCRATIQUE ET PACIFIQUE DE LA CRISE POST-ELECTORALE !

Après les menaces à peine voilées de Sarkozy et Obama au nom de la dite « communauté internationale » qui se résume en fait à la France, l’Angleterre, l’Allemagne et les Etats-Unis, voilà l’envoi en forme d’ultimatum des chefs d’état du Cap-Vert, du Bénin et de la Sierra Léone en Côte d’Ivoire.

Comme si c’était convenu dans un partage des rôles, les puissances occidentales poussent la CEDEAO à prendre la relève en décidant le 24 décembre 2010 d’une intervention armée en Côte-d’Ivoire pour déloger GBAGBO du pouvoir si ce dernier ne cédait pas aux injonctions que doit lui porter une ultime mission de ces trois présidents au nom de la CEDEAO.

Ainsi, les puissances occidentales qui ne peuvent intervenir directement s’arrangent dans les coulisses pour pousser leurs hommes au pouvoir en Afrique à aller commettre les forfaits qu’ils n’osent pas assumer publiquement.

Les USA, l’UE, le FMI, la Banque Mondiale, la Cour Pénale Internationale, les mêmes qui ont pactisé et financé la junte militaire qui a renversé le président légal et légitime Zélaya du Honduras utilisent des fantoches Africains serviles pour tuer et imposer au peuple Ivoirien une guerre criminelle. Les mêmes puissances et institutions financières impérialistes ont menti au monde entier sur les « armes de destruction massive et la complicité avec Al Quaïda » pour agresser, renverser, occuper l’Irak et assassiner son Chef d’Etat. C’est pourquoi, les organisations signataires réaffirment que les solutions à la crise post-électorale que traverse la société ivoirienne viendront avant tout du peuple Ivoirien lui-même.

C’est pourquoi nous dénonçons toute intervention armée étrangère en Côte d’Ivoire et exigeons le départ de toutes les forces étrangères présentes sur le territoire Ivoirien, qu’elles soient officielles (ONU-CI, Licorne, 41ème BIMA) ou officieuses (mercenaires).

Vive la souveraineté du peuple ivoirien ! Vive la solidarité panafricaine et internationaliste !

Fait le 27/12/10

Signataires : Ferñent/Mouvement des Travailleurs Panafricains-Sénégal (F/M.T.P-S), Yoonu Askan Wi Sénégal, RTA-Sénégal, Parti Communiste Révolutionnaire de Côte d’Ivoire, Parti Communiste du Bénin, Actus/Prpe Tchad, PCTogo, PCTunisie, Voie Démocratique Maroc, Pads Algérie, UPCameroun, Sanfin Mali, PCCongo...

******

Note du webmestre de ce site www.afaspa.com :

Plus d’information pour comprendre la complexité de la situation et vous faire votre opinion :

* Le rapport sur l’observation des élections : http://www.societecivile-csci.org/images/stories/pdf_MOE/Declaration%20du%2030%20novembre%20%202%20tour%20election%202010.pdf

* L’appel à la cessation des violences postélectorales :

http://www.societecivile-csci.org/index.php ?option=com_content&view=article&id=60 :appel-a-la-cessation-des-violences-post-electorales&catid=25 :the-project&Itemid=131

* Le site de la CSCI : www.societecivile-csci.org