ACCUEILEchos des comités locaux
Dernière mise à jour :
vendredi 22 septembre 2017





   
"CULTIVONS LA PAIX", Initiatives en Seine-Saint-Denis
L’AFASPA à BAGNOLET à la Quinzaine de la paix en Seine-Saint-Denis
jeudi 16 septembre 2010

à BAGNOLET

* Ciné-débat sur le Cinquantenaire des Indépendances Africaines
Lundi 20 septembre - 20h Cinéma Le Cin’Hoche, 6 rue Hoche, 93170 Bagnolet

La Ville de Bagnolet propose un ciné-débat avec les films :

-   Contes cruels de la Guerre , de Ibéa ATONDI et M. MISKE (51 mn)

-  et La Restitution , de Ibéa ATONDI(documentaire, 2003, 19 mn)

En présence de Ibéa ATONDI. En collaboration avec l’antenne locale de la LDH Bagnolet, l’Appel des Cent et l’Association française d’amitié et de solidarité avec les peuples d’Afrique (AFASPA)

Entrée libre

Une restauration légère sera proposée par le Conseil général.

Contact :
-  AFASPA : 01 49 93 07 60

-  Vie associative de la ville de Bagnolet

-  Conseil général Anne-Laure PEREZ. aperez@cg93.fr 06 03 11 16 93


.Ciné-débat Colonialisme et néo-colonialisme autour du film Cameroun, autopsie d’une indépendance , de Gaëlle LE ROY et Valérie OSOUF (2008, 59mn). Lundi 27 septembre - 19h Cinéma Le Cin’Hoche, 6 rue Hoche, 93170 Bagnolet

Soirée film-débat proposée par l’Appel des Cent, l’ AFASPA, la LDH Bagnolet, Soutenus par la Ville de Bagnolet.

Intervenants : Thomas DELTOMBE, journaliste collaborateur au Monde Diplomatique, Augusta EPANYA (Union des Populations du Cameroun, UPC), avec la présence de la réalisatrice Gaëlle LE ROY.

Lors de cette soirée sera présentée une exposition sur les indépendances réalisée par l’AFASPA Afrique, des indépendances à la souveraineté .

Entrée libre

Une restauration légère sera proposée par les associations.

Contact :
-  AFASPA : 01 49 93 07 60

-  Appel des Cent pour la Paix bagnolet-paix@wanadoo.fr 01 43 60 88 53


27 septembre au Cin’Hoche de Bagnolet
dans le cadre de la Qiuizaine de la paix dans le 93
Cameroun, Autopsie d’une indépendance
de Gaëlle Le Roy et Valérie Osouf (2007)

C’est l’histoire d’un silence, celui du Cameroun et de son obscur passé. C’est aussi le silence de cette veuve lassée, exténuée qui a choisi de se taire. Son mari, Um Nyobe, chef charismatique de l’Union des Populations du Cameroun (UPC) est mort dans le maquis en 1958. A travers Cameroun, autopsie d’une indépendance, les réalisatrices nous plongent dans les entrailles d’une guerre méconnue. Autopsie, car c’est bien de cela qu’il s’agit, d’une enquête qui reconstitue quinze ans de massacres, entre 1955 et 1971, et fait l’examen d’un souvenir douloureux, de la dissection de dizaines de milliers de cadavres.